Paranormal & Supranaturel

Que sont véritablement les O.V.N.I. ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Que sont véritablement les O.V.N.I. ?

Message par Passiflore le Jeu 12 Juil - 13:20

Jacques et Janine Vallée (1966) posent la question suivante et y répondent prudemment :
"Y a-t-il évidence que le phénomène est d’origine intelligente, et extraterrestre ? Certes non ! Mais cette idée peut-elle être complètement rejetée ? Elle ne le pourrait que si, au terme d’une analyse globale, on parvenait à démontrer que le phénomène, malgré ses aspects surprenants, peut être ramené à des éléments déjà connus. Il est donc essentiel de connaître des observations bien représentatives, dont une théorie d’ensemble devrait tenir compte. Ces observations sont appelées les classiques."

À l’appui de la notion de comportement intelligent de ces ovnis, nous citerons les paroles prononcées par le professeur et docteur James E. Mc Donald, de l’Université d’Arizona, à l’assemblée annuelle de la Société américaine des Directeurs de Journaux, le 22 avril 1967 :
"L’escorte d’avions et le survol de voitures à basse altitude se poursuivent assez régulièrement. Ces cas suggèrent si fortement des missions de reconnaissance ou de surveillance, que celui qui étudie le problème est contraint d’envisager la possibilité que ces OVNI soient quelque espèce de sondes spatiales. Il y a de nombreuses autres catégories d’observations qui suggèrent cette même hypothèse.
"Mon sentiment, à l'heure actuelle, est qu’il n’y a aucune échappatoire sensée à cette hypothèse, extrêmement choquante pour notre vanité, selon laquelle les OVNI sont des sondes extraterrestres venant d’un autre monde."

D’où viennent les OVNI ?
Le major Donald E. Keyhoe [du N.I.C.A.P.], qui vient de se livrer à une étude approfondie de certains rapports secrets détenus par l’A.T.I.C. et le Pentagone, est arrivé aux résultats suivants :
"Les soucoupes volantes viennent de la planète Mars. Elles utilisent la face de la Lune qui nous est perpétuellement cachée, et y ont établi un relais, une étape entre Mars et la Terre."
Pour le major Keyhoe, les Martiens, soumis à une vie particulièrement difficile sur leur planète mourante et desséchée, sont à la recherche d’un monde aux conditions climatologiques plus clémentes. Ils viennent donc explorer minutieusement la Terre… avant d’y débarquer ! Les Martiens, à son point de vue, essayeront d’obtenir l’accord des Terriens pour s’installer sur la Terre. Au cas où nous nous opposerions à cette immigration massive… ils occuperaient notre planète, purement et simplement."
(Jimmy Guieu)

Mais tout le monde n’est pas d’accord sur le lieu de provenance des OVNI. Voici un articulet, paru dans la Berliner Morgenpost du 5 janvier 1972 et titré : Les OVNI partent de la planète Jupiter.
A.S.D. – Nuremberg, 5 janvier 1972 : "Personne ne peut dire le contraire : des objets volants inconnus (OVNI) venant d’autres étoiles, tournent autour de la Terre." C’est le professeur Hermann Oberth, père du voyage spatial, qui a fait hier cette déclaration, à la suite des récentes observations faites dans le ciel de Scandinavie. D’après les estimations de l’expert de Nuremberg, on a observé au cours de ces dernières années quelque 20 000 apparitions sur toute la planète, et pour lesquelles il n’existe jusqu’à présent qu’une seule explication : il devrait s’agir d’engins volants venant d’autres mondes.
"D’après ce savant, dans 80 % des cas où l’on a pu observer dans le ciel des points lumineux ou des disques remarquables, l’apparition pouvait s’expliquer rationnellement. La plupart du temps, il s’agissait de reflets ou réflexions dont la cause pouvait être exposée scientifiquement. "Dans les cas restants, nous nous trouvons devant une énigme." Le professeur Oberth n’en connaît pas non plus l’origine. Mais s’ils provenaient de notre propre système solaire ? Alors, pour lui, une seule planète entre en considération : Jupiter. Car il estime plausible qu’elle puisse porter des êtres intelligents.
"Les experts obtiendront bientôt des certitudes sur cette planète légendaire et poétique : les Américains veulent envoyer une sonde vers Jupiter, qui en transmettra des photographies à la Terre, par radio. Cette sonde, fabriquée de main d’homme, sera la première à quitter notre système solaire. Pour des organismes intelligents, dans un autre système, elle sera peut-être le premier OVNI.
(UFO-Nachrichten)

Remarque : le docteur Daniel Fry estimait que 10 000 OVNI avaient pu visiter la Terre depuis la naissance du Christ. Sachant ce qu’il sait, le Pr Oberth précise que 20 000 cas d’observations sont encore non identifiés. Ce qui donne à réfléchir.

Nous avons passé sous silence la question : qui sont-ils ? puisque nous n’avons pas de réponse à lui donner, et que ce sujet sort du cadre de notre ouvrage. La question : d’où viennent-ils ? soulève, elle aussi, bien des hypothèses. La troisième question : que font-ils ici ?, assortie de la question complémentaire : Pourquoi ? provoque des réponses diverses, mais qui reposent toutes sur un minimum d’observations significatives.

J. G. Dohmen (À identifier et le cas Adamski, 1972), dans son ouvrage passionnant, fait allusion à l’uranium :
"Depuis longtemps, nous pensons que si tous les lieux uranifères reçoivent la visite des soucoupes volantes, on pourrait supputer l’existence de quelques gisements aux endroits qu’elles survolent régulièrement chez le voisin, ou en quelque désert de Gobi. Cette idée est sous-jacente ou formulée chez certains auteurs. Si quelques prospecteurs en sont arrivés aux mêmes déductions, ils ne s’empresseront pas de divulguer un secret stratégique.
"Nantis que nous sommes, à présent, de nombreux couloirs communs et probables, nous avons cherché des lieux dans ce monde et nous avons trouvé de nombreuses confirmations (Un travail à parfaire)."
La théorie de l'uranium, formulée par un chercheur belge, est donc la seconde que l'on puisse tirer de la statistique des observations après la théorie des failles posée par le Français F. Lagarde. En voici une troisième, découlant toujours d'observations répétées, exposée par un chercheur canadien :

CenapKoehler/Twitter

Henri Bordeleau (1969) nous raconte d’abord comment se décompose ce que l’on a observé vulgairement sous l’appellation boule de feu verte, puis ce qui se passe au niveau du sol de notre planète ou dans ses masses liquides, enfin à quoi correspond ce que l’on peut, à nouveau, observer dans le ciel. Mais laissons-lui la plume, en le remerciant encore de la confraternelle autorisation de reproduction qu’il a bien voulu nous accorder :

"Nous venons d’examiner la première constante de l’histoire des soucoupes : le passage de pseudo-bolides verts. Je réitère ce que je déclarais dans mon premier livre : "Jusqu’ici, parce que les témoins n’avaient vu le plus souvent qu’une partie du phénomène, et à son début, on avait conclu au passage d’une météorite, d’un bolide ou même d’une fusée, alors qu’il s’agissait de l’arrivage d’une escadrille de soucoupes. (…)
"D’après ce que j’ai pu observer, l’escadrille cosmique a probablement la forme d’une sphère. Elle peut ressembler à l’image conventionnelle que l’on donne à l’atome : un noyau entouré d’électrons ; ou mieux encore, elle pourrait avoir la forme d’une sphère composée des soucoupes-pilotes à l’avant, et d’une grande masse de soucoupes-mères ou soucoupes-filles à l’arrière – peut-être 200.
"L’escadrille voyage à une vitesse fulgurante dans l’atmosphère terrestre (peut-être à 100 000/h). Elle largue des paquets de soucoupes-mères par groupe de 50 qui se détachent du groupe sphérique par rangées de 5 ou 6.
"Quand le dernier paquet de 50 se détache, les soucoupes-pilotes coupent l’énergie (entendez éteignent la boule lumineuse vert émeraude) puis devenant autonomes à leur tour, se dispersent dans le ciel, pour aller se poster à très haute altitude où elles servent de relais de communications et d’où elles peuvent diriger les opérations des unités plus petites.
"Les arrivages se produisent parfois en pleine nuit, et je ne peux fournir d’explication immédiate à ce fait, mais ils ont lieu surtout au crépuscule. Grâce sans doute à une longue expérience et à une technique avancée, les cosmiques synchronisent leurs passages de bolides verts avec la disparition de l’astre du jour à l’horizon des humains (…).

"L’acuité visuelle de l’homme est réduite au tiers de ce qu’elle est durant le jour, et cela même est mis à profit par les soucoupes. Les escadrilles arrivent en trombe, vers 7 h 15/7 h 30, et la soucoupe-mère (une des 200 qui forment l’escadrille) devenue autonome, passe du jaune très brillant au rouge mat, en freinant jusqu’à l’arrêt total et le sur-place, ce qui la rend pratiquement invisible du sol, puis elle descend larguer des soucoupes plus petites, à plus basse altitude. Celles-ci, à leur tour, font la même chose pour aller finalement s’éteindre silencieusement au-dessus de certains lacs ou de certains terrains marécageux.
"Après le passage de l’escadrille, il pourra parfois subsister une traînée ionisée, avec autant de renflements, le long de cette traînée, qu’il y aura eu de largages de groupes de soucoupes sur le parcours. Ces renflements ionisés pulseront, tant que l’énergie, que les soucoupes auront abandonnée en se séparant du groupe majeur, n’aura pas été résorbée par le milieu ambiant. Jusqu’ici, ils ont été confondus avec le point de chute de la météorite quand ils apparaissent à la fin de la traînée. 


Quand on lit rapidement des milliers de descriptions d’apparitions de soucoupes autour du globe, on peut facilement déceler une deuxième constante : les soucoupes ont une très grande affinité pour l’eau. Des milliers de témoins ont rapporté avoir vu ces engins mystérieux au-dessus de nappes d’eau, de marais et de tourbières partout dans le monde.
"Comment expliquer qu’on ait vu surgir une sphère sombre des profondeurs de la mer, aux îles Aléoutiennes, et que Mme Veilleux, de Saint-Jean-des-Piles (Canada), ait vu deux soucoupes s’enfoncer dans les eaux froides de la rivière Saint-Maurice, au Québec ?
"Qu’il y a-t-il de commun aux marécages de la petite ville d’Ann Arbor, dans le Michigan américain et les marais de Lünebourg, près du grand port allemand de Hambourg ?
"Je crois que j’ai trouvé. Ce qu’il y a de commun à tous ces endroits, c’est la présence de sel !

"Est-ce possible ?
"Nos mystérieux visiteurs parcourraient des millions de milles pour se procurer du chlorure de sodium ? Peut-être ! Les soucoupes, telles des abeilles monstrueuses, viendraient butiner notre humble sel de table ? Cela n’est pas impossible ! Ces véhicules sidéraux, capables de vitesses fulgurantes, ne seraient en somme que de vulgaires camions célestes ; et leurs pilotes, des mineurs affairés à exploiter un énorme gisement de sel : la Terre ? Je crois qu’on peut raisonnablement l’affirmer.
"Le sel est donc si précieux ? Oui, extrêmement précieux ! Sous un aspect tout à fait anodin, le sel cache une valeur inestimable. Il est absolument indispensable à la vie physiologique…"
"Pourquoi les soucoupes ne se contentent-elles pas du sel marin ? Probablement parce qu’elles ont découvert dans certains lacs ou dans certains marécages des sources salées qui offrent, soit une saumure plus concentrée ou contenant plus de magnésium ou de brome que les eaux de la mer ; soit une saumure plus pure parce que moins contaminée par les eaux-vannes, le strontium des retombées ou les substances toxiques comme le D.D.T."


"L’hypothèse que les soucoupes transportent leur sel sous la forme d’un immense cristal se trouve renforcée par le fait qu’on a observé des triangles ou des losanges chatoyants comme des diamants. Les  phénomènes de la polarisation expliqueraient qu’on ait vu des masses triangulaires passer du rouge au bleu et au vert très rapidement. Quant à la disparition subite de ces triangles dans les airs, il faut pour l’expliquer faire appel à l’effet de Brillouin mais aussi au fait que le sel pur et clair est la matière la plus transparente que l’on connaisse : on s’en sert même pour fabriquer les lentilles de certains instruments d’optique de précision."

Voilà, succinctement exposée, par des extraits accolés, la théorie Bordeleau de l’exploitation du sel de la Terre.

Henry Durrant, les dossiers des O.V.N.I. (1973)

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 98
Date d'inscription : 28/03/2017

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum