Paranormal & Supranaturel

Un poltergeist qui enfreint toutes les lois

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Un poltergeist qui enfreint toutes les lois

Message par Passiflore le Dim 22 Juil - 12:24

Un poltergeist, "enfreignant toutes les lois" d'après l'enquêteur Paul Eno, survint dans un quartier de construction récente à Bristol, dans le Connecticut. L'emplacement était autrefois occupé par une vieille ferme, en haut de la colline. Au cours d'une semaine de juillet 1975, John et Susan Sanford, ainsi que leurs deux fils, âgés de 10 et 12 ans, allaient être les tous premiers résidents à en faire les frais. 

En face des Sanford, il y avait une vieille maison de couleur marron, habitée par Mme Hobbes et son fils de 14 ans. Susan éprouvait beaucoup de peine pour cette femme d'âge mur, dont le fils était chahuté par les autres enfants qui traitaient sa mère de sorcière. Dans un élan de gentillesse, Susan l'invita chez elle pour boire un café. Au cours de la conversation quelque peu forcée, elle demanda à Mme Hobbes pourquoi certains ouvriers avaient arrêté la démolition du cabanon.  


D'après cette dernière, les ouvriers avaient décidé d'arrêter lorsque l'un d'eux avait senti des mains froides et invisibles autour de son cou. Le jour suivant, Susan fut invitée dans la maison pour boire le thé. Alors qu'elle était assise au salon, dans la pénombre, elle fut sidérée de voir un cendrier quitter la table basse et planer à travers la pièce. Ce à quoi son hôtesse répliqua, d'un ton désinvolte : "Ce n'est rien, c'est le fantôme". Susan sortit de la maison. 

Craignant de paraître discourtoise, Susan invita de nouveau Mme Hobbes chez elle. Ce fut la dernière fois, dit-elle à Paul Eno, car sa voisine avait amené le fantôme avec elle. 

Tout de suite après son départ, la situation devint infernale. Les autres membres de la famille n'étaient pas encore rentrés que la vaisselle en porcelaine était en mille morceaux, les meubles déplacés et les tableaux décrochés du mur. Cela continua tout au long de la semaine suivante. La famille entendit des sortes de grognements d'animaux, de même qu'elle fut terrifiée à la vue de deux yeux rouges à la fenêtre. À la fin de la semaine, Susan vit une immense forme noire, indéfinissable, traverser un champ et disparaître à travers le mur d'un cottage à moitié démoli qui abritait le cabanon. Les Sanford apprirent alors que les occupants des quatre autres maisons entendaient des cognements et constataient que des objets étaient déplacés.   

Tout en photographiant les lieux, Paul Eno se heurta à un intense champ électrique qui lui dressa les cheveux sur la tête. Pendant le trajet du retour, les deux portières de la voiture s'ouvrirent brusquement, et simultanément, éparpillant le contenu du véhicule sur la route. Lorsqu'il développa la pellicule, deux tâches, révélatrices d'anomalies, étaient visibles. Dans la première, on distinguait des formes insolites, et dans la deuxième un visage barbu à la fenêtre du cottage. Les enquêteurs découvrirent que le cottage était réputé dans les années 1920 pour la prostitution et la vente illégale d'alcool. 


Eno, Paul F., A poltergeist that broke all the Rules, in Fate, June 1986

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 110
Date d'inscription : 28/03/2017

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum