Paranormal & Supranaturel

Les O.V.N.I. dans les temps reculés

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Les O.V.N.I. dans les temps reculés

Message par Passiflore le Ven 30 Mar - 18:33

De la plus haute Antiquité...
C'est d'Égypte que nous vient l'une des descriptions les plus anciennes d'objets célestes que l'on serait enclin, de nos jours, à considérer comme des O.V.N.I. Elle se trouve dans les annales de Thoutmès III, pharaon de la XVIIIe dynastie qui régna de 1483 à 1450 avant J.-C. Dans ce texte, conservé au musée égyptien du Vatican, il est dit notamment :
"Dans l'année 22, le troisième mois de l'hiver, la sixième du jour, les scribes de la Maison de la vie [...] remarquèrent un cercle de feu qui descendait du ciel... Son corps était long d'une perche et de même largeur... Ils allèrent chercher Pharaon pour lui rapporter ce qu'ils venaient de voir. Le souverain méditait sur ces évènements lorsque ces choses devinrent plus nombreuses dans le ciel qu'auparavant... Elles brillaient avec plus d'éclat que le soleil étincelant et s'étendaient jusqu'aux limites des quatre colonnes du ciel...
"Entouré de son armée, Pharaon regardait le ciel. Ce ne fut qu'après le repas du soir que ces cercles de feu s'élevèrent plus haut dans les nues en direction du sud... Pharaon ordonna alors qu'on fit brûler de l'encens pour ramener la paix sur la terre et qu'on consignât l'évènement qui prendrait place dans les annales de la Maison de la Vie, afin qu'on se le rappelât à jamais..."
Le prophète Ézéchiel s'éleva-t-il dans les cieux à bord d'un O.V.N.I. ? Certains ufologues n'émettent pas à émettre cette hypothèse, arguant de la vision qu'il eut d'un objet céleste aux caractéristiques étranges :
"Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de feu, qui répandait de tous côtés une lumière éclatante, au centre de laquelle brillait comme de l'airain poli, sorti du milieu du feu. Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l'aspect avait une ressemblance humaine..."
D'autres détails de la vision du prophète sont assez troublants, notamment l'évocation de roues concentriques, tournoyant dans les airs au mépris des lois de la pesanteur. Transformer les émissaires du Seigneur peut certes paraître peu orthodoxe. Parmi les ufologues lecteurs de l'Ancien Testament, il s'en est quand même trouvé pour franchir le pas...
Alexandre le Grand et ses soldats furent-ils arrêtés dans leur conquête de l'Orient par l'apparition d'O.V.N.I. de l'autre côté du fleuve Indus ? Toujours est-il qu'ils aperçurent dans le ciel "de grands boucliers brillants et argentés" et que ce phénomène contraria leur avance (pour les historiens, il ne fait néanmoins pas de doute que le Macédonien et ses soldats grecs renoncèrent à aller plus loin en raison de leur état d'épuisement).
Quelques trois siècles et demi plus tard, le naturaliste romain Pline l'Ancien (23 - 79 après J.-C.) devait noter, pour sa part, dans sa monumentale Histoire Naturelle :
"Sous les consulats de Lucius Valerius et de Gaius Valerius, un bouclier de feu projetant des étincelles traversa le ciel d'est en ouest au coucher du soleil... "
Au Moyen Âge et à la Renaissance, on allait continuer à observer une multitude de phénomènes étranges, "observations" dont la plupart furent sans doute des hallucinations favorisées par la crédulité des temps - sans parler des phénomènes tout à fait naturels (météorites, comètes, réverbérations dans le ciel nocturne, etc.) que les gens de l'époque étaient le plus souvent dans l'incapacité d'interpréter correctement.
... à l'époque contemporaine
Dans les Temps Modernes, mais bien avant l'apparition des premières montgolfières, on trouve également des récits assez surprenants relatifs à des "choses" aperçues dans le ciel et parfois mêmes descendues jusqu'au sol. Dans l'un des ouvrages qu'il a consacrés aux O.V.N.I., La Science face aux extraterrestres, le journaliste Jean-Claude Bourret cite à cet égard un curieux texte publié à Lyon en 1621. Il y est dit notamment (le français est de l'époque) :


"La nuit du 12 octobre dernier, sur les 8 heures du soir ou environ, n'ayant pour lors aucune clarté, la lune étant à son dernier quartier, l'air outre nature commença à s'éclaircir du côté du levant, et continuant une heure et demie ou environ, le temps se rendit aussi clair et net qu'il fait aux plus beaux jours de l'été, ce qui donna un grand étonnement aux habitants de Lyon, la plus grande partie d'iceux regardant en l'air aperçurent des choses du tout étrange et hors le cours de la nature.
"Savoir sur la grande place de Bellecour virent comme une grande montagne, sur laquelle était la figure d'un château, duquel sortaient force éclairs qui donnaient de tous côtés et perdaient leur lumière à un instant, et cette figure de château se consommait à mesure que les dits éclairs en sortaient; cela semblait couvrir tout le quartier de la porte du Rhône, de Saint-Michel, la rivière de Saône et donnait jusqu'au faubourg de Saint-Georges. Du côté de la place des Terreaux, il fut vu par plus de 400 personnes, en l'air, comme la forme d'un bataillon de gendarmes à cheval, à la tête desquels il y avait une étoile fort lumineuse, qui semblait les conduire, laquelle était plus grande et plus claire que celles que l'on voit ordinairement au ciel...
"Sur la ville de Nîmes... il se vit à même temps ci-devant nommé par les habitants de ladite ville, principalement la nuit du treizième du dit mois, environ 9 à 10 heures du soir, sur l'amphithéâtre, comme un grand soleil fort resplendissant, lequel était entouré d'un nombre d'autres flambeaux lumineux, et semblait vouloir cheminer droit sur la tour romaine, que l'on appelle la Tour Magne, sur laquelle il paraissait comme des chariots de feu tout entouré d'étoiles fort éclairantes...
"Sur la ville et cité de Montpellier [...] commença à apparaître quantité de flambeaux ardents en forme de torches, de la lumière desquelles sortaient nombre comme de lances de feu qui allaient de part et d'autre : cette façon de faire dura depuis les 9 à 10 heures de nuit jusqu'à 3 heures du matin, que s'apparut une grande et lumineuse étoile avec une longue queue, d'autres petites étoiles, lesquelles semblaient faire dissiper une grosse nuée mêlée de divers éclairs qui la voulaient comme couvrir et empêcher sa clarté, ce qui dura jusqu'au lever du jour au grand étonnement du peuple.."


Dernière édition par Passiflore le Lun 9 Avr - 17:34, édité 1 fois

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 226
Date d'inscription : 28/03/2017

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les O.V.N.I. dans les temps reculés

Message par Passiflore le Mer 4 Avr - 12:32


Que l’O.V.N.I. (présumé) aperçu en 1621 au-dessus de Lyon soit comparé dans ce texte à une montagne surmontée d’un château, peut surprendre le lecteur contemporain familiarisé avec l’image de la "soucoupe volante". Le fait est cependant moins étonnant qu’il ne paraît au premier abord. Les comparaisons et les métaphores ont toujours varié selon les époques en fonction des réalités qui étaient les plus présentes dans les esprits du temps, en fonction aussi des préoccupations dominantes du groupe social qui s’exprime. Pourquoi l’image qui est venue à l’esprit d’Alexandre le Grand en apercevant des objets lumineux au-dessus de l’Indus fut celle de "boucliers", sinon parce que le conquérant était alors avant tout un chef militaire entouré d’hommes en armes dont le bouclier était l’une des principales pièces d’équipement. De même, le narrateur en 1621 s’est référé d’emblée au "château", pièce maîtresse de l’architecture de l’époque et symbole de la classe dominante, donc de puissance, de "majesté"; quelle que fût la forme de l’O.V.N.I. en question, il surplombait la place Bellecour et ne pouvait donc le faire que comme un château dominant la ville de sa silhouette imposante…

Y. Verbeek, légende et réalité sur le triangle des bermudes

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 226
Date d'inscription : 28/03/2017

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum