PARANORMAL & SUPRANATUREL

Le serpent de mer (1)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Le serpent de mer (1)

Message par Passiflore le Mer 19 Déc - 17:24

Le serpent de mer ? Quelle bonne blague ! s'écrie l'un des personnages d'une pièce satirique du siècle dernier, consacrée au journalisme.
De fait, c'était alors le bon temps ! Chaque année, pendant la canicule, des serpents de mer apparaissaient avec une régularité de calendrier. La politique était en vacances comme tout le monde, il ne se passait rien, et les journaux n'avaient pas toujours de quoi remplir leurs colonnes. Le serpent de mer devint ainsi l'exemple-type du bobard. Croire au serpent de mer devint synonyme de crédulité invétérée. Nul être normalement constitué ne croit au serpent de mer, pas plus qu'aux cornes du diable ou au lièvre de Pâques qui pond ses oeufs coloriés dans les jardins où les enfants sages viennent les ramasser.

Oui, mais... voilà ! Les serpents de mer existent bel et bien ! On en compte même plus de 50 espèces, toutes de petite taille il est vrai, 1 m en général, jamais plus de 4, et inoffensifs comme des agneaux. Les plus répandus sont les "Distira cyanociurta" qu'on rencontre dans l'océan Indien et la mer de Chine.

L'Antiquité nous montre le prêtre troyen Laokoon et ses deux fils dévorés par un serpent surgi des flots : c'est la plus ancienne histoire de serpent marin connue. Un serpent de mer se trouve représenté sur les murs du palais assyrien de Khorsabad : c'est ce serpent sans doute que le roi Sargon II, voguant vers Chypre, aurait aperçu de son bateau au VIIIe siècle av. J.-C. Aristote signale la présence épisodique de tels animaux dans les parages d'Afrique du Nord où, parfois, ils gagnent la terre ferme, s'emparant du bétail et n'en faisant qu'une bouchée. Il est difficile de savoir jusqu'à quel point ces récits antiques rapportent des faits exacts. L'imagination y a sans doute une grande part et il n'est pas impossible que les Anciens aient vu des serpents là où il n'y avait que des murènes ou des anguilles géantes de mer, lesquelles peuvent atteintdre près de 3 m.

Un récit scientifiquement plus sérieux est ce "Periplus Matis Erythraei" qui date de la fin du 1er siècle après J.-C. : il nous apprend que, dans le golfe du Bengale, on reconnait qu'on approche de la terre quand des traînées plus claires et... des serpents marins apparaissent dans la mer. Il est curieux de constater que, 1600 ans plus tard, soit en 1763, un voyageur revenant de ces contrées répéta cette observation pour l'avoir entendue de la bouche même des marins de l'océan Indien.


PREMIÈRES MUTILATIONS ANIMALES ?


Le Moyen Âge crut aux serpents de mer comme à beaucoup d'autres êtres fabuleux. Témoin ce récit hautement fantaisiste du savant scandinave Olaüs Magnus : "Tous ceux qui se livrent à la navigation sur les côtes de Norvège, soit pour la pêche du poisson, soit pour le transport des marchandises, s'accordent à rapporter ce fait étonnant : il existe aux abords de la ville de Bergen un serpent monstrueux, long de plus de 200 pieds (60 m) et gros de 20 (6 m). Il loge au milieu des rochers, dans une profonde caverne qu'il ne quitte qu'en été, quand les nuits sont claires, pour dévorer des veaux, des agneaux ou des porcs, à moins qu'il ne s'enfonce dans la mer pour se nourrir de crustacés de toute espèce. Cet animal inquiète fort les marins, car il a coutume de surgir brusquement des flots et, dardant sa tête comme une flèche, il s'empare aussi des hommes sur les bateaux et les engloutit dans sa gueule."


Dans les temps modernes, le monstrueux serpent de mer finit cependant par rejoindre dans la zoologie pour rire la cigogne porteuse de bébés.

C'est pourquoi l'ouvrage important du savant hollandais Oudemans fit sensation en 1892, quand il prit nettement position en faveur du serpent de mer, tout en signalant que le mot "serpent" était une erreur et qu'il s'agissait tout au plus d'une sorte de phoque géant, inoffensif, jusqu'alors inconnu. Oudemans avait réuni dans son livre 187 relations différentes sur le fameux serpent de mer, et, s'il était évident que tous ces témoignages ne constituaient pas des preuves d'égale valeur, bon nombre d'entre eux étaient manifestement plus que des produits de l'imagination ou des observations erronées. Il y avait là des déclarations de témoins oculaires sérieux s'accordant à signaler l'apparition d'un monstre marin semblable à un serpent et les circonstances de ces observations excluaient généralement l'illusion ou l'erreur. Voici quelques-unes des relations les plus significatives :

Le 6 juillet 1734, le missionnaire danois Paul Egede, naviguant au large du Groenland par 64° de latitude nord, aperçoit l'animal fabuleux qu'un de ses collègues s'empresse de dessiner et que lui nous décrit comme suit : "Nous avons vu une bête terrible, comme jamais encore on n'en put apercevoir : elle se dressa au-dessus des flots et sa tête parut dépasser la hune de notre navire. Son souffle était moins puissant que celui de la baleine. La tête était plus étroite que le corps qui paraissait mou et ridé, avec de larges nageoires pendant sous le ventre. Nous aperçûmes peu après la queue du monstre : sa taille dépassait de beaucoup la longueur d'un navire."

Au mois d'août 1746, Lorenz de Ferry, gouverneur de Bergen, adresse au Conseil de la Couronne une déclaration confirmée sous serment par deux matelots : lui, Lorenz de Ferry, a vu près de Molde un serpent de mer de 35 m de long, à tête de cheval avec une crinière blanche; il a blessé la bête d'un coup de feu et le monstre, perdant son sang, a plongé et disparu.

En 1809, Eigg, pasteur aux Hébrides, affirme avoir vu son bateau poursuivi par un serpent de mer. La bête aurait eu près de 21 m de long. Un rapport circonstancié, datant de la même époque, signale qu'un serpent de mer de 36 pieds (10,8 m) de long a été vu nageant à moins de 10 pieds (3 m) d'un bateau près de Molde.

Au mois d'août 1817, un grand nombre d'Américains du Massachussetts déclarent avoir aperçu un serpent de mer de 20 m de long entre Gloucester et le cap Ann. Deux ans plus tard, des centaines de témoins aperçoivent à plusieurs reprises et d'assez près sans doute le même animal nageant entre deux eaux.

Oudemans, on le voit, ne manquait pas de documentation.                       



Richard Hennig, Les grandes énigmes de l'univers


_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 482
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent de mer (1)

Message par Butterfly le Mer 19 Déc - 19:01

Et depuis 1817, plus rien ?

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win" Phrase attribuée au Mahatma Gandhi.
Butterfly
Butterfly
animatrice
animatrice

Féminin Messages : 307
Date d'inscription : 14/05/2017
Humeur : Bonne
Localisation : Par ci par là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent de mer (1)

Message par Passiflore le Jeu 20 Déc - 10:58

Si, bien sûr !
Ce n'est que la première partie*  Wink 
pour dévorer des veaux, des agneaux ou des porcs
Les mutilations de bétail ne datent pas d'hier...



*Le texte est très long (tout un chapitre), alors je l'ai divisé en 3 parties.

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 482
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le serpent de mer (1)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum