PARANORMAL & SUPRANATUREL

Spiritisme : histoire d'une renaissance

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Passiflore le Sam 29 Déc - 12:20

À vrai dire, de tous temps et en tous lieux, on a tenté d'entrer en contact avec les défunts. C'est le judéo-christianisme qui a banni cette pratique dans les pays occidentaux, la qualifiant de diabolique*.

Au cours de l'année 1848, de l'autre côté de l'Atlantique, les manifestations d'un spectre contribuèrent à relancer une pratique tombée en désuétude depuis des siècles.

Par un jour glacial de décembre 1847, Mr John Fox, cultivateur respectable et membre de l'Église méthodiste, s'installait avec sa femme et ses deux filles, Margaretta et Kate, âgées de 10 et 7 ans, dans une maisonnette d'une petite bourgade de l'État de New York, du nom de Hydeville. Cette maison avait déjà été occupée par d'autres familles, et l'on racontait qu'il s'y était produit de bien curieuses choses.
Mr Fox, qui était fort pieux, ne se laissa pas impressionner par ces rumeurs. Il aurait probablement été moins sûr de lui s'il avait su à quels incidents déroutants il allait être confronté dans cette maison. C'est trois mois après son installation que les incidents commencèrent à se produire. En mars 1848, la famille entendit des coups frappés, suivis de bruits divers. Au début, ces bruits se firent entendre seulement le soir, puis aussi en pleine nuit. Toute la famille était sans cesse réveillée, quand elle ne passait pas des nuits blanches. Devant pareille énigme, la peur s'empara de ces gens. Qui était à l'origine des coups ?

C'est le 31 mars 1848 qu'ils eurent la réponse, car, ces incidents se répétant, ils découvrirent une chose ahurissante. Ce soir-là, un vendredi, raconte Mme Fox : « Nous nous étions couchés très tôt. La nuit venait de tomber. J'étais morte de fatigue, mais à peine m'étais-je couchée, que cela commença ; les enfants qui dormaient dans la même chambre que nous entendirent des frappements et se mirent en claquant des doigts à faire les mêmes bruits. »
La plus jeune, Kate, dit : « Monsieur le fantôme, fais la même chose que moi ! » Et elle se mit à frapper plusieurs fois dans ses mains. Dès qu'elle eut fini, on entendit exactement le même nombre de coups ; quand elle s'arrêtait, les coups s'arrêtaient. D'humeur taquine, Margaretta dit alors : « Fais la même chose que moi », et elle se mit à compter : « Un, deux, trois, quatre ! » et à frapper dans ses mains. Aussitôt, les coups lui répondirent. Elle fut tellement effrayée qu'elle n'osa pas recommencer.


Mrs Fox : « J'eus alors l'idée de tendre un piège à l'auteur des bruits et lui demandai de frapper le nombre de coups correspondant à l'âge de mes enfants. Immédiatement, 17 coups furent frappés, avec un temps d'arrêt suffisant pour que l'on puisse compter l'âge de chacune d'elles. Puis il y eut un long silence, suivi de trois coups violents. C'est à l'âge de trois ans que mon plus jeune enfant est mort. Alors je demandai : « Est-ce un être humain qui répond à ma question ? » Pas de réponse. J'ajoutai : « Si tu es un esprit, frappe deux fois. » À peine avais-je fini que deux coups étaient frappés. »
Mr et Mrs Fox finirent par en parler autour d'eux, et les jours suivants, les voisins leur rendirent visite pour écouter les bruits mystérieux. Les gens se mirent à poser des questions, à demander quel était leur âge, ou combien d'enfants ils avaient et, à leur grand étonnement, le nombre de coups frappés était toujours exact.

Voulant poser des questions autrement plus intéressantes, l'un des visiteurs, Isaac Post, imagina un système astucieux. À chaque lettre de l'alphabet correspondrait un certain nombre de coups :  a = 1, b = 2, c = 3, etc. De la sorte, on pourrait épeler non seulement des mots, mais des messages entiers. Le premier essai fut une réussite. Une passerelle était jetée vers l'au-delà et, pour la première fois, on communiquait avec les esprits qui, apparemment, étaient les auteurs des coups frappés. Grâce à ce système, Mrs Fox fit connaissance avec l'esprit. Il lui dit que, de son vivant, il avait été commerçant, avait habité la maison et qu'un jour on l'avait assassiné. D'ailleurs, ses ossements étaient enterrés dans la cave. Elle se rendit avec son mari dans la cave, et, ayant creusé à plusieurs endroits, ils découvrirent effectivement les ossements du défunt !

En dépit de ces manifestations d'un très grand intérêt, la famille Fox n'en tira que désagréments et inimitiés. Passé le premier mouvement de curiosité malsaine, les voisins jugèrent que tout cela était inquiétant. L'Église méthodiste mit Fox et les siens à la porte, partant du principe qu'ils étaient possédés par le diable. On leur rendit la vie impossible, à tel point que Mrs Fox se vit contrainte de quitter la petite ville et de partir avec ses filles chez des parents à Rochester.
Mais les mêmes phénomènes se produisirent aussi dans leur nouveau domicile et devinrent le pôle d'attraction de toute la ville. Comme les habitants de Rochester étaient moins enclins à croire au diable que ceux de Hydeville, ils eurent d'autant plus envie d'assister à ces phénomènes, et ainsi tenter de les expliquer. Les coups n'étant frappés qu'en présence des enfants, on prit la précaution de les asseoir pieds nus sur des coussins, et on chercha dans toutes les pièces si un objet quelconque ne serait pas la cause de ces bruits. Malgré toutes ces précautions, on continua d'entendre des coups, des « raps », et à nouveau un esprit transmit des messages.

Tout cela éveilla un si grand intérêt dans le public que bientôt les sœurs Fox furent invitées dans d'autres villes. Elles se prêtèrent même à quelques démonstrations publiques, en particulier à New York au cours de l'été 1850. L'on ne parlait que d'elles, tous les journaux publiaient des articles à leur sujet. On fonda des clubs et des cercles dont les membres commencèrent à s'intéresser personnellement à ces phénomènes déconcertants.

Trois savants de Buffalo, les professeurs Flint, Lee et Coventry, qui ne croyaient absolument pas aux esprits, menèrent une enquête. Ils conclurent qu'il n'y avait pas lieu de parler de phénomènes paranormaux puisque c'était les deux sœurs qui produisaient les raps avec leurs genoux ou leurs orteils. Ce n'est que des dizaines d'années plus tard, en 1888, quand les deux sœurs qui, entre-temps, s'étaient mariées, avouèrent avoir effectivement tout simulé, que l'on eut la preuve que les trois savants avaient deviné juste. (Toutes les deux rétractèrent d'ailleurs, quelque temps après, leurs aveux.)

Mais le public ne tint pas plus compte des aveux des sœurs Fox qu'il n'avait auparavant tenu compte des explications des professeurs de Buffalo. Tout cela ne suffit pas (d'autant qu'il y eut d'autres phénomènes mystérieux et d'autres prétendus messages de l'au-delà) à mettre une fois pour toutes les raps et les spectres au compte des fables et des simulations.

D'autres incidents qui eurent en 1850 à Stratford, dans le Connecticut, ne firent qu'encourager ce genre de croyances. Des phénomènes paranormaux se produisirent chez le pasteur Phelps, père d'une fille et d'un garçon. Les meubles se déplaçaient tout seuls, la vaisselle et les ustensiles de cuisine flottaient dans l'air, on entendait des raps grâce auxquels on obtint des réponses aux questions posées. À la grande indignation du pasteur, les déclarations des esprits étaient d'ailleurs fort blasphématoires !

À l'automne 1849, Kate Fox et une certaine Mme Tamlin prirent part à différentes réunions au cours desquelles de nouveaux phénomènes se produisirent : de petits objets flottaient dans l'air, et les cordes d'une guitare, vibrant d'elles-mêmes, jouèrent une mélodie !


Mais ce n'était pas tout. La maison des Fox était, entre-temps, devenu le lieu de rendez-vous d'un bon nombre de spirites, qui, assis autour d'une table, tendaient l'oreille pour entendre ces fameux raps. Un soir, les personnes réunies remarquèrent avec stupéfaction que les bruits insolites se produisaient dans la table même. Quelques minutes plus tard, des personnes dont les avant-bras reposaient sur le plateau de la table sentirent très nettement une sorte de léger tremblement parcourir le bois. Puis la table se mit tout entière à bouger, s'inclinant d'abord et changeant ensuite carrément de place.
Le premier effet de surprise passé, quelqu'un eut l'idée de poser des questions. Les participants firent la chaîne en se donnant la main, paume posée sur le plateau, et à peine avaient-elles commencé à poser des questions que déjà des coups étaient frappés dans la table qui oscillait d'avant en arrière !

On venait de découvrir les tables tournantes ! Le spiritisme moderne, grâce auquel les gens croient pouvoir communiquer par les raps avec les esprits de l'au-delà, était né. Les personnes présentes ce soir-là étaient loin de se douter que, quelques années plus tard, on parlerait autant des tables tournantes, et que des milliers de gens s'exerceraient à les faire tourner !


*Ces propos ne sont pas de l'auteur.



Werner Keller, la parapsychologie ouvre le futur

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 482
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Butterfly le Sam 29 Déc - 18:25

Ah...les sœurs Fox, elles ont fait couler beaucoup d'encre à la grande époque du spiritisme, et même ensuite.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win" Phrase attribuée au Mahatma Gandhi.
Butterfly
Butterfly
animatrice
animatrice

Féminin Messages : 307
Date d'inscription : 14/05/2017
Humeur : Bonne
Localisation : Par ci par là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Passiflore le Sam 29 Déc - 18:29

C'est vrai, mais je crois quand même qu'au début, il y avait des phénomènes paranormaux...

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 482
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Butterfly le Sam 29 Déc - 18:34

Je pense aussi. C'est le cas la plupart du temps, et souvent, par la suite, la renommée pousse les médiums à en faire un peu trop. Possible aussi que tout ce battage autour de leurs contacts n'ait pas été du goût de leurs conjoints respectifs, et qu'elles aient choisi de mettre un terme à tout ça de cette façon.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win" Phrase attribuée au Mahatma Gandhi.
Butterfly
Butterfly
animatrice
animatrice

Féminin Messages : 307
Date d'inscription : 14/05/2017
Humeur : Bonne
Localisation : Par ci par là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Passiflore le Sam 29 Déc - 18:37

Étant donné que les parents Fox ont trouvé des ossements à la cave, comme indiqué par "l'esprit", c'est qu'ils communiquaient bien avec une entité...

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 482
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Butterfly le Sam 29 Déc - 18:39

Oui. Certainement. Je crois qu'ensuite elles ont été prises dans un engrenage qui les poussait vers une obligation de résultat, et qu'à partir de là elles ont plus ou moins triché à certains moments.

_________________
"First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win" Phrase attribuée au Mahatma Gandhi.
Butterfly
Butterfly
animatrice
animatrice

Féminin Messages : 307
Date d'inscription : 14/05/2017
Humeur : Bonne
Localisation : Par ci par là

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spiritisme : histoire d'une renaissance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum