PARANORMAL & SUPRANATUREL

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Passiflore le Sam 23 Mar 2019 - 12:09

Eusapia Paladino, issue d’une couche sociale défavorisée, naquit en 1854 dans le sud de l’Italie. Son enfance se déroula dans la plus belle tradition des romans populistes. Sa mère expire en lui donnant le jour. Le père tombe au cours d’une embuscade, mortellement blessé par des malfaiteurs, et la fillette, terrifiée, assiste à l’agonie. Dès lors, elle est ballottée de part et d’autre : une grand-mère qui la maltraite, des tantes qui ne savent qu’en faire. Elle finit par être engagée comme lingère chez un couple de Napolitains, où elle assistera pour la première fois à des réunions médiumniques organisées par ses maîtres. Très vite, elle se met au diapason, et anime clochettes, rideaux et tables d’une vie propre. Appelé à la rescousse, le Pr Damiani se charge de parfaire son éducation spirite. Et c’est le début d’une longue et prestigieuse carrière, qui mènera Eusapia Paladino, accompagnée de son esprit guide, John King, à travers les salons européens des métapsychistes les plus distingués jusqu’au cœur de la Sainte Russie. La Mecque du capitalisme démocratique, New York, l’invitera même, sur le tard, à faire état de ses exploits.

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Eusapi10

Très vite, vers la fin du siècle dernier, on se mit à étudier minutieusement tous les prodigieux phénomènes qui se produisaient en sa seule présence. On prit des mesures de plus en plus strictes afin d’éviter toute possibilité de fraude. Car Eusapia Paladino trichait parfois. Elle-même, interrogée à ce sujet, répondit assez subtilement que cela lui semblait inévitable, puisque « pour ma part, au cours des séances, quand un phénomène doit avoir lieu, je sens une force intérieure qui m’oblige à le produire ».

Même l’auteur du texte qui va suivre surprit un jour Eusapia en train d’agir sur le plateau d’un pèse-lettres à l’aide d’un cheveu. C’est bien là ce qui donne du poids à ses affirmations, lorsqu’il déclare que dans d’autres circonstances les phénomènes étaient bel et bien authentiques. De plus, entre les années 1905-08, des études très poussées furent réalisées avec le médium à l’Institut général psychologique, en présence d’observateurs aussi éminents que Courtier, Youriévitch, Richet, les Curie, d’Arsonval, Branly et Bergson. À l’une de ces séances, afin de vérifier une fois pour toutes les fameuses lévitations de table, ils emboîtèrent les pieds du meuble dans des gaines en bois attachées au sol. En outre, un contact électrique fixé à chaque pied fonctionnait dès que celui-ci quittait le plancher. Un signal renseignait alors les témoins sur la situation exacte de la table. Pendant ce temps, les mains et les pieds du médium étaient solidement maintenus. Malgré la sévérité des conditions, la table se souleva souvent, et réussit même une fois à sortir complètement de ses fourreaux. On alla jusqu’à désolidariser le plateau des pieds par un ingénieux système d’emboîtement, afin d’éliminer toute possibilité d’action mécanique. Pourtant, là encore, la table tout entière se souleva.

L’anecdote suivante nous en apprendra long sur le personnage d’Eusapia face à l’occulte. Elle aimait particulièrement les bijoux, et les divers échantillons qu’elle ramena de ses tournées formèrent bientôt une collection impressionnante. Elle eut alors le pressentiment qu’on allait les lui voler. Elle eut beau varier les cachettes, le vol se produisit au jour et à l’heure prévus. Devant son incapacité à visualiser les traits du brigand, elle fit alors appel aux services d’une somnambule visionnaire.

Il nous reste encore à mentionner une dernière chose qui n’est peut-être pas de moindre importance. Eusapia Paladino fit à l’âge d’un an une chute assez grave qui lui défonça le pariétal. Sur l’endroit de la plaie, des cheveux dépigmentés repoussèrent, d’où cette célèbre mèche blanche sur tous les portraits qu’au début, par souci de coquetterie, elle cherchait à cacher. Pour peu qu’on soit au courant des théories neurophysiologiques du Pr Lombroso, on peut aisément s’imaginer la fascination qu’a dû exercer sur lui ce petit bout de crâne qu’en d’autres temps on eût appelé la marque du Diable.


Michel Froment

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 762
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Re: Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Passiflore le Sam 23 Mar 2019 - 13:01

Je viens de réaliser quelques expériences avec un célèbre médium, Mme Eusapia Paladino, de Naples, qui est venue plusieurs fois à Paris, en 1898, en 1905, et, tout récemment, en 1906. Les faits dont je vais parler se sont passés dans le salon de mon appartement de Paris, les derniers en pleine lumière, et sans aucun préparatif, tout simplement en causant, pour ainsi dire, après dîner.

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion 838_738_camille_flammarion_by_eugene_pirou
Camille Flammarion en 1883

On peut poser en principe que les médiums de profession trichent tous. Mais ils ne trichent pas toujours et possèdent des facultés réelles, absolument certaines.
Il n’est pas sans utilité de prévenir le lecteur que le mot médium est employé ici sans idée préconçue, et non dans le sens étymologique qui l’a créé lors des premières théories spirites, dans lesquelles on affirmait que l’homme ou la femme doués de ces facultés sont des intermédiaires entre les esprits et les expérimentateurs. L’être qui a la faculté de faire remuer des objets contrairement aux lois de la pesanteur, ou même sans les toucher, de faire entendre des bruits produits à distance et sans intervention musculaire, de faire voir des apparitions diverses, n’est pas nécessairement en relation pour cela avec des esprits ou des âmes désincarnées.

Nous lui conservons toutefois le nom de médium, depuis longtemps adopté. Nous ne nous occupons ici que des faits ; j’espère convaincre le lecteur que ces faits existent réellement et ne sont ni des illusions, ni des farces, ni des exercices de prestidigitation. Mon but est de prouver leur réalité avec une certitude absolue, comme je l’ai fait pour la télépathie, les manifestations de mourants, les rêves prémonitoires et la vue à distance, dans mon ouvrage l’Inconnu et les problèmes psychiques.

Un prodige qui s’accomplit en pleine lumière

Je commencerai par les expériences que je viens de renouveler récemment, en 1906.

Voici un guéridon. J’avais vu si souvent une table assez lourde soulevée entièrement des 4 pieds, à 20, 30, 40 cm de hauteur, et j’en avais pris des photos si incontestables ; j’avais si souvent éprouvé que la suspension de ce meuble avec les mains de 4 ou 5 personnes posées au-dessus, produisait l’effet d’une suspension au-dessus d’un baquet plein d’eau ou d’un fluide élastique, que pour moi la lévitation des objets n’est pas plus douteuse que celle d’une paire de ciseaux soulevée à l’aide d’un aimant. Mais, désireux d’examiner à loisir comment la chose s’opérait, un soir que je me trouvais à peu près seul avec Eusapia (29 mars 1906, nous étions 4 en tout), je la priai de poser ses mains avec moi sur le guéridon, les deux autres personnes se tenant à distance. Le meuble fut assez vite soulevé, à 30 ou 40 cm, tandis que nous étions debout tous les deux. Au moment de la production du phénomène, le médium posa l’une de ses mains sur l’une des miennes qu’elle serra avec énergie, nos deux autres restant voisines, et il y avait de sa part, comme de la mienne, un acte de volonté exprimé, d’ailleurs, par des paroles, des commandements à « l’esprit »… Allons ! Levez la table ! Du courage ! Voyons ! Un effort ! etc.

Nous constatons tout de suite qu’il y a deux éléments en présence. D’une part, les expérimentateurs s’adressent à une entité invisible. D’autre part, il y a de la part du médium une fatigue nerveuse et musculaire, et son poids augmente en proportion de celui de l’objet soulevé (mais non en proportion exacte).
Nous devons agir comme s’il y avait vraiment là un être qui entende. Cet être paraît prendre naissance, puis s’anéantir aussitôt l’expérience faite. Il semble créé par le médium. Est-ce une autosuggestion de lui-même ou de l’ensemble dynamique des expérimentateurs qui crée une force spéciale ? Est-ce un dédoublement de sa personnalité ? Est-ce une condensation d’un milieu psychique au sein duquel nous vivrions ? Si nous cherchons à obtenir des preuves d’individualité réelle et durable, et surtout d’identité d’une âme évoquée par notre souvenir, nous n’obtenons jamais rien de satisfaisant. Là gît le mystère.

Force inconnue d’ordre psychique et où l’on sent la vie. Vie d’un instant.

Fauteuil et rideau entrent dans la danse

Pendant nos expériences, tandis que nous sommes quatre assis autour d’une table, demandant une communication qui n’aboutit pas, un fauteuil, situé à environ 60 cm du pied du médium (sur lequel j’ai posé mon pied pour être sûr qu’il ne peut s’en servir), un fauteuil, dis-je, se déplace et arrive en glissant jusqu’à nous. Je le repousse, il revient. Ce fauteuil est un pouf très lourd mais pouvant facilement glisser sur le parquet. Ce fait s’est produit le 29 mars dernier, et de nouveau, le 5 avril. On l’obtiendrait en tirant avec une ficelle ou en allongeant suffisamment le pied. Mais il s’est produit et reproduit, 5 ou 6 fois, de lui-même, à un degré d’agitation assez intense pour faire sauter le fauteuil, qui finit par basculer et se renverser, sans que personne l’eût touché.

Voici un quatrième fait, réobservé cette année, après les nombreuses constatations que j’en avais déjà faites, notamment en 1898.
Des rideaux, dont le médium est voisin, mais avec lesquels il ne peut être en contact, ni avec la main, ni avec le pied, se gonflent dans toute leur longueur, comme soufflés par un vent de tempête. Je les ai vus, plusieurs fois, lancés sur la tête des spectateurs, et encapuchonner ces têtes.

« Meno luce ! »

Voici un cinquième fait, constaté par moi plusieurs fois également.
Tandis que je tiens une main d’Eusapia dans la mienne, et qu’un astronome de mes amis, répétiteur à l’École Polytechnique, tient son autre main, nous sommes touchés l’un à l’autre, sur le côté et sur les épaules, comme par une main invisible.
Le médium cherche généralement à rapprocher l’une de l’autre ses deux mains tenues séparément par chacun de nous, et par une substitution habile, à nous faire croire que nous tenons les deux quand elle est parvenue à en dégager une. Cette fraude étant bien connue, nous agissons en témoins avertis, et sommes certains d’avoir continué à tenir chacun l’une de ses mains séparée de l’autre. Ces attouchements paraissent provenir d’une entité invisible, et sont plutôt désagréables. Ceux qui ont lieu dans le voisinage immédiat du médium pourraient être dus à la fraude ; mais il en est auxquels cette explication est inapplicable.

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion 4f7218c4fa16961c1386d81586a2d06a
Une séance avec Eusapia chez Camille
 Flammarion : la table se soulève.

Une table qui parle

Des coups se font entendre dans la table, ou bien elle se meut, se soulève, retombe, frappe du pied. Il se produit dans le bois une espèce de travail intérieur parfois assez violent pour la briser. Le guéridon dont je me suis servi ici, entre autres, a été disloqué et réparé plus d’une fois et ce n’est nullement la pression des mains posées dessus qui aurait pu amener ces dislocations. Mais il y a quelque chose de plus que cette force physique, il y a dans les agissements du meuble l’intervention mentale dont nous avons déjà parlé.

On interroge la table, par les signes de convention résumés tout à l’heure, et elle répond. Des phrases sont frappées, généralement banales et sans aucune valeur littéraire, scientifique ou philosophique. Mais enfin des mots sont frappés, des phrases sont dictées. Ces phrases ne se font pas toutes seules, et ce n’est pas non plus le médium qui les frappe… consciemment, soit avec son pied, soit avec sa main, soit à l’aide d’un muscle craqueur, car nous les obtenons dans des séances faites sans médiums professionnels ou en des réunions scientifiques où toute tricherie serait de la dernière absurdité. L’esprit du médium et celui des expérimentateurs n’y sont sûrement pas étrangers : les réponses obtenues correspondent généralement avec cet état intellectuel, comme si les facultés mentales des personnes présentes s’extériorisaient de leurs cerveaux et agissaient dans la table, en une complète inconscience des expérimentateurs. Comment ce fait peut-il se  produire ? Comment pouvons-nous construire et dicter des phrases sans le savoir ? Parfois les idées émises semblent venir d’une personnalité étrangère, et l’hypothèse des esprits se présente tout naturellement. Un mot est commencé. On croit en deviner la fin. On l’écrit pour perdre moins de temps ; la table riposte, s’agite, s’impatiente : ce n’est pas cela. C’est un autre mot qui est dicté. Il y a donc là un élément psychique que nous sommes obligés de reconnaître, quelle que soit, d’ailleurs, sa nature.

Une barbe fort douce

Pendant les expériences, on voit parfois des fantômes apparaître, des mains, des bras, une tête, un buste, un être humain entier. J’ai été témoin de ce fait, notamment le 27 juillet 1897, à Montfort-l’Amary. M. de Fontenay ayant déclaré qu’il apercevait une ombre au-dessus de la table, entre lui et moi (nous nous faisions face, contrôlant Eusapia, et lui tenant chacun une main), et moi ne voyant rien du tout, je lui demandai de changer de place avec lui. Et alors j’aperçus aussi cette ombre, une tête d’homme barbu assez vaguement esquissée, qui passait comme une silhouette avançant et reculant devant une lanterne rouge posée sur un meuble. Je n’avais pas pu la voir de ma première place, parce que la lanterne était alors derrière moi, et que ce fantôme était formé entre M. de Fontenay et moi. Comme cette silhouette noire restait assez vague, je demandai si je ne pourrais pas toucher cette barbe. Le médium répondit : « Étendez la main ». Alors je sentis sur le dos de la main le frôlement d’une barbe fort douce.

Cette observation n’a pas, pour moi, la même certitude absolue que les précédentes. Il y a des degrés dans la sécurité des observations. En astronomie même, il y a des étoiles à la limite de la visibilité.
Et pourtant, un truc n’est pas probable, de l’avis de tous les expérimentateurs. De plus, une autre fois, chez moi, j’ai aperçu une autre figure, celle d’une jeune fille.

Le même jour, à Montfort, on avait rappelé, dans la conversation, que les « esprits » ont parfois imprimé dans de la paraffine, du mastic ou de l’argile, l’empreinte de leur tête ou de leurs mains – ce qui semble, d’ailleurs, de la dernière absurdité – et nous avions acheté du mastic chez un vitrier et formé dans une caisse de bois, un gâteau parfaitement lisse. À la fin de la séance, il y eut l’empreinte d’une tête, d’une figure, dans ce mastic. Je ne suis pas, non plus, absolument certain qu’il n’y ait eu là aucune supercherie possible.

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 762
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Re: Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Invité le Lun 25 Mar 2019 - 20:41

J'aime beaucoup tout ce que Camille Flammarion a écrit sur le sujet. Il est généralement assez objectif.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Re: Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Passiflore le Mar 26 Mar 2019 - 12:04

C. F. fait une réflexion très intéressante sur les manifestations obtenues lors des séances spirites :
On interroge la table ... et elle répond. Des phrases sont frappées ... Mais enfin des mots sont frappés, des phrases sont dictées. Ces phrases ne se font pas toutes seules, et ce n’est pas non plus le médium qui les frappe [...] car nous les obtenons dans des séances faites sans médiums professionnels ou en des réunions scientifiques où toute tricherie serait de la dernière absurdité. L’esprit du médium et celui des expérimentateurs n’y sont sûrement pas étrangers : les réponses obtenues correspondent généralement avec cet état intellectuel, comme si les facultés mentales des personnes présentes s’extériorisaient de leurs cerveaux et agissaient dans la table, en une complète inconscience des expérimentateurs. Comment ce fait peut-il se produire ?
On peut en effet se demander si ce sont vraiment les défunts qui se manifestent...  réflexion
Il est plus probable que toutes ces personnes réunies, qui se concentrent pendant plusieurs minutes - et ce faisant, augmentent leur potentiel électromagnétique -  soient directement responsables, à leur insu, des lévitations, coups frappés, etc. quand ce n'est pas l'apparition de boules de lumière.

En somme, ce sont les participants eux-mêmes qui créent le poltergeist  sidéré  !

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 762
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Re: Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Invité le Mer 27 Mar 2019 - 0:21

Pour ce qui est des poltergeists oui, c'est possible.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion Empty Re: Eusapia Paladino vue par Camille Flammarion

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum