PARANORMAL & SUPRANATUREL

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6)

Aller en bas

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Empty Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6)

Message par Passiflore le 29.04.19 10:47

Pluie (Faiseurs de) : sorciers réputés capables de déclencher la pluie ou d’écarter la grêle. On les trouve en Chine, au Tibet (les Ozog-Chem-pa ou « faiseurs de temps »), en Afrique, etc. Olaus Magnus, Ulrich Molitor et Sprenger affirment que les sorcières en agitant leur urine dans un trou pouvaient susciter la pluie ou la tempête.  

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Faiseu10

Poignard : souvent utilisé en magie pour écarter le mauvais œil ou les démons. Les Tibétains le connaissent sous le nom de Phui-bu et en font grand usage dans leurs danses sacrées. Il sert aussi à transpercer les hosties, les dagydes de l’envoûtement et le cou des enfants ou des animaux, au cours de la messe noire ou des cérémonies du Vaudou. 
   
Le poison de la chaudière : ce philtre était utilisé, dit Lancre, à diverses fins. C’était un liquide verdâtre, ou un onguent, suffisamment concentré pour tuer une personne par simple contact avec ses vêtements. En leurs toutes premières années, on apprenait aux enfants à préparer ces mixtures, également actives sous forme de poudre. Une sorcière, la Rivasseau, révéla leur composition : « Elles se faisaient avec un chat escorché, un crapaud, un lézard, et un aspic, qu’il mettoit tout cela sur le fouyer soubs de bonne braise, si longuement qu’il revenait en poudre… » Lorsque apparaissaient des vers urticants, le poison était prêt. L’onguent des sorcières, selon l’aveu d’une jeune fille, Androgyne, pouvait servir à huiler les loquets de portes. Elle affirma qu’à Genève, en 1563, ainsi d’ailleurs que le rapporte Jean Bodin, tous les habitants d’une maison furent tués par ce procédé. Mais l’usage le plus commun de la poudre du mal était l’empoisonnement des récoltes, des fruits et du blé. Lancre affirme : « Or, quand on les jette en Labourd, elles disent en basque : Cecy pour les bleds, cecy pour les pommes, qui sont leurs vignes, reste peu pour le pressoir : vous viendrez en fleurs et non en grains… » (Kurt Seligmann, Histoire des magies)

Poule noire : c’est le nom d’un livre magique parfois ajouté à l’édition de 1521 du Dragon Rouge.

Poupée de cire :
on dit aussi dagyde, figurine, manie, volt. Poupée (ou statuette) de cire ou d’argile censée, par magie sympathique, faire endurer à ceux à qui l’on veut nuire les maux qu’on lui cause. En brûlant ou en piquant avec des aiguilles des parties de ces figurines, on inflige les maux correspondants à la personne visée. Il est conseillé, pour plus d’efficacité, d’incorporer des cheveux, des poils, des rognures d’ongles de ladite personne, dans la poupée. Le procédé, déjà grave, touche à l’hérésie, si l’on supplie un démon d’intervenir (voir Envoûtement).     

Prêtres : ennemis par excellence du Diable qu’ils chassent par le signe de croix, l’eau bénite et les paroles sacrées. Ils passent pour experts en magie, dans les villages. On prétend que, pour réussir, ils sont obligés d’employer « des mauvais livres » et de se lier avec le Diable. On leur prête, par exemple, en Dauphiné, le pouvoir de barrer ou d’arrêter un incendie. On croit, dans la région de Menton, qu’ils ont le don de voir les esprits mauvais. À Monthieu (Charente-Maritime), on leur accorde la possibilité d’influencer le temps et d’attirer les tempêtes avec la corde à virer le vent.

Protection : mesure magique prise pour préserver des entreprises des démons un être, un objet ou un édifice. On qualifie d’apotropaïque (se dit d'un objet, d'une formule servant à détourner vers quelqu'un d'autre les influences maléfiques), tout ce qui écarte les démons ou le mauvais œil.    

Pythonisse : femme douée d’un don de prophétie. Familièrement et par extension : sorcière (dans le sens donné par La Fontaine).

Rats : certains sorciers ont le pouvoir d’attirer ou d’éloigner les rats. Ils agissent ainsi, en Ille-et-Villaine, en Mayenne, en Normandie, dans la vallée d’Aoste et dans la Wallonie. Les chats et les ratiers ne peuvent dès lors plus rien contre les rongeurs. Dans les Côtes-du-Nord, enracer signifie envoyer des rats chez un ennemi, pour détruire ses récoltes ou les perdre.     

Rond du Diable ou des sorciers :
encore appelé « siège » ou « pré des sorciers ». Endroit où l’on a célébré un sabbat. La végétation n’y pousse plus et on ajoute même, dans l’Allier, que les champs survolés par les sorcières se rendant au sabbat par les airs deviennent également stériles. On rencontre ces sortes de prés en Charente, dans le Morbihan, près du Peu (Morvan), etc. Certains les considéraient comme des asiles inviolables, d’autres préféraient les brûler ou les piocher.   

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Rond_d10

Ronde (des fées) : les légendes la situent dans une clairière, au clair de lune ; Shakespeare suit cette tradition. Ronde des sorcières.

Rouge : couleur du sang, de l’agressivité, de l’amour. Au Moyen Âge, la symbolique considérait le rouge noirâtre comme caractéristique du Diable : c’est pourquoi, à côté de magie noire, on parle parfois de magie rouge ; a fortiori si elle est sanglante. Les grimoires secrets du Diable étaient écrits en rouge ou en pourpre si violent qu’il brûlait l’œil qui s’y attardait : les profanes ne les pouvaient contempler.

Sabbat (Petit) : sabbat où Satan ne se manifestait pas, et qui était destiné à préparer le grand sabbat.

Sabbat des chats :

  1. À la fontaine des Cent-Mille-Diables, au lieu-dit La Croix de Serre, à Châteauneuf-la-Forêt (Haute-Vienne), les chats des environs tiennent un sabbat la nuit du Carnaval.
  2. À la Bassée-aux-chats, au lieu-dit la Belle-Croix à Périgné (Deux-Sèvres), le soir du Carnaval, le diable et les sorciers mènent sabbat avec les chats.
  3. À Pissotte (Vendée), on les ferrait !

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Sabbat10

En un mot, on appelle sabbat des chats les réunions de ces félins, censés avoir des accointances avec les sorcières ou avec le Diable. Ils se rassemblent la nuit, à des époques fixes (vers l’Avent, dans le Finistère, le soir du Mardi gras dans la Creuse et le Poitou), dans des lieux déserts à des carrefours, près des mégalithes, parfois même au pied d’une croix. Dans l’Indre, les chats portant une trace de brûlure sur leur pelage ne sont pas admis au sabbat.
Sitôt réunis, ils miaulent, se battent et blasphèment terriblement… en langue chrétienne.
Incarné en gros matou noir, le Diable préside l’assemblée qui parfois aussi danse autour des croix des carrefours où, comme en Haute-Bretagne, chante en compagnie d’humains bossus. On stipule, dans le Maine, que seuls les chats d’au moins 8 ans peuvent y assister. Et, en Loire-Atlantique, on ajoute que tous les chats escaladeront les murs de l’Enfer, le jour du Jugement dernier.  

Sabbat des garous : en Aquitaine, les loups-garous participaient à la Chasse du roi Artus et aux sabbats du Prat Lauret, aux environ de St-Julien.    

Saga : femina saga, « sage femme », sorcière. Souvent synonyme de lamia, strix et stryge.

Salamandres :

  1. En magie, esprits du feu, habitants de la sphère du feu (on a reporté leur légende sur la salamandre, batracien que le préjugé général déclare à l’épreuve du feu, ce qui est faux). « Les Salamandres…, sont composées des plus subtiles parties de la sphère du Feu, conglobées, et organisées par l’action du feu universel…, ainsi appelé parce qu’il est le principe de tous les mouvements de la nature. Les Sylphes de même sont composés des plus purs atomes de l’Air ; les Nymphes des plus déliées parties de l’Eau ; et les Gnomes, des plus subtiles parties de la Terre… » (Montfaucon de Villars).
  2. Certains cabalistes assuraient que, pour soumettre les esprits, il suffisait d’attirer, par des miroirs concaves, le feu du soleil dans un globe de verre. Il se forme alors « une poudre solaire qui se purifie d’elle-même et qui, avalée, est souverainement propre à exalter le feu qui est en nous » et, par conséquent à commander aux génies ignés.
  3. Les Salamandres ont les plus belles femmes du monde, mais elles se montrent rarement et sont, paraît-il, très fidèles.
  4. Pour divers démonographes, Romulus était un de leurs fils, ou celui d’un incube.

Sel : des légendes françaises assurent que le Diable déteste le sel car des enfants lui en auraient mis sur la queue, la brûlant. Des gens plus sérieux assurent que le sel, incorruptible, symbole de sagesse et d’éternité, que Dieu a réclamé pour ses sacrifices, ne peut plaire au Démon. Il est certain que le sel est proscrit dans la préparation des festins du sabbat. Il n’y a jamais sel en ces repas, dit Boguet (Discours des Sorciers). « Ce qui se fait vraisemblablement pour ce que le sel est un symbole de l’immortalité que le Diable a extrêmement en haine… Et pour mieux faire voir que Satan ne veut point apparemment de sel en ses assemblées, je rapporterai l’exemple d’un certain Italien, lequel, s’étant rencontré par quelque curiosité au Sabbat, demanda du sel si importunément que l’on fut contraint d’en apporter sur table. Sur quoi l’Italien s’écria en tels mots : ha laudato sia Dio per che venuto questo sale, et lors tout disparut : je ne doute point que le nom de Dieu invoqué ne causât en partie ce délogement. »

Sodomie : péché contre le sixième commandement dont l’exécution est tout à fait agréable à Satan, favorable aux aberrations sexuelles et à la stérilité. Les sorcières vierges le demeuraient après le contact des démons au sabbat, et les sorciers y offraient leur fondement pour plaire à leur maître. La sodomie divine consistait à commettre le péché d’Onan avec une hostie. Madeleine Bavent en donne une étrange description : « Les prêtres qui fréquentent le sabbat vont quelquefois, dans leur scélératesse, jusqu’à célébrer la messe avec de grandes hosties qu’ils coupent ensuite au milieu, après quoi ils les collent sur un parchemin arrangé de la même manière, et ils s’en servent ensuite d’une manière abominable pour satisfaire leurs passions… » (Görres, Mystique).

Sorcières (Beurre des) :
vomissements des chats familiers des sorcières, qu’il ne faut cependant pas confondre avec l’onguent.

Sorciérologue : terme synonyme de démonologue.

Sortilège : les Capitulaires de Charlemagne condamnent déjà à mort toute personne convaincue d’avoir fait mourir quelqu’un par sortilège, c’est-à-dire par la voie du maléfice ou de l’envoûtement.

Sortilegi : interprètes des sorts (dés jetés ou tombés d’une urne, pour prédire l’avenir). Les théologiens les opposaient aux divini, prophètes inspirés par Dieu, pratiquant la théurgie ou magie blanche.

Sort(s) : en matière de sorcellerie : maléfice capable d’influencer la destinée d’une personne, généralement crédule ou superstitieuse. « Le sort jeté par un magicien ne peut être levé que par un autre enchanteur plus puissant, moyen fort ingénieusement imaginé pour imposer aux dupes une double contribution. » (Breton)

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Sureau10

Sureau : pour enlever un maléfice, au Moyen Âge, on pendait son vêtement et on le battait à coups de baguette de sureau, persuadé que le sorcier, recevant les mêmes coups, se hâtait de supprimer la cause du mal.
    
Talisman :

  1. Du grec telesmena, rite. Objet marqué ou non de signes « cabalistiques », qui porte bonheur ou communique un pouvoir paranormal. Résultant d’une opération de l’esprit et d’une fabrication magique, il ne vaut que dans un but défini de protection. Il est surtout actif (l’amulette est passive). Les principaux talismans utilisés sont : un morceau de corde de pendu, un fer à cheval trouvé par hasard, un grillon séché, un  poil d’éléphant, un trèfle à 4 feuilles, le pompon d’un béret de marin, la queue d’un lézard, la main de Fatma, une médaille de St Christophe, etc.
  2. Figure ou image d’un signe céleste protecteur gravé dans le métal correspondant : or pour le Soleil, argent-lune, acier-Mars, étain-Jupiter, cuivre-Vénus, plomb-Saturne, mercure-Mercure.

Tambour : caisse cylindrique tendue de peaux, utilisée dans la magie des Lapons et dans le chamanisme pour attirer les esprits et créer une ambiance favorable au développement de la possession volontaire.

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Tambou10


Tempestaire ou tempesteur : sorcier ou sorcière qui suscite des tempêtes.

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Tempes10

Tempêtes
:

1) Des sorcières se disaient capables de susciter des tempêtes. Dès 700, l’article II du Liber Poenitentialis, de l’archevêque Théodore de Canterbury, condamne à 5 ans de prison les responsables de ces pratiques qu’on attribue souvent aux Lapons et aux Finlandais (corde à 3 nœuds). L’ouvrage d’Ulrich Molitor, De Lamiis (1489), en contient une illustration (il attribue le phénomène non aux sorcières, mais au Diable). Par magie imitative, elles suscitaient les tempêtes en agitant avec un bâton leur urine dans un trou.
2) En 1563, dans son expédition contre les Danois, le roi de Suède embarqua 4 spécialistes en la matière ! Le sceptique Reginald Scot énumère leurs principales recettes, également traitées par Olaus Magnus, J. Wier, H. More et Guazzo (qui dit que ces sorcières battent l’eau avec une baguette, puis jettent en l’air une poudre que Satan leur a donnée). Autrefois, les 9 druidesses vierges, ou Sènes, de l’île de Sein, possédaient ce pouvoir.

Transport des sorcières : nom parfois donné au vol des sorcières vers le sabbat.

Trident : Instrument de nombreux magiciens et ascètes hindous ou tibétains, dit trishoula.  

Dictionnaire de magie et de sorcellerie (6) Triden10

Ubiquité : possibilité de se trouver présent en même temps à des endroits très différents et fort éloignés. Cette faculté est, en principe, réservée aux dieux, mais les démons et même les magiciens s’en prévalent.

Vénéfice : mauvais sort ; plus spécialement empoisonnement par sortilège.

Volt ou voult : voir Envoûtement. 

Zahoris : sorciers espagnols capables de voir à travers des matières pour trouver des objets cachés, souvent par le truchement d’un pacte avec le démon.


Ibid.

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum