PARANORMAL & SUPRANATUREL

Dictionnaire du diable et des démons (1)

Aller en bas

Dictionnaire du diable et des démons (1) Empty Dictionnaire du diable et des démons (1)

Message par Passiflore le Lun 24 Juin 2019 - 17:45

Antithées : dans la haute Antiquité grecque, génies malfaisants trompant les hommes par des illusions. L’apologiste Athénagore qualifie le Diable d’Antitheos, terme qui correspond au Sathan hébraïque.

Aper : en Égypte ancienne, le principal ennemi du dieu Soleil. Serpent-diable de la nuit et de la tempête.

Armées prodigieuses : ces sortes d’armées, dont l’origine demeure controversée (exactement comme celle des soucoupes volantes), se firent voir dans le ciel surtout entre le VIIIe et le Xe siècle. Alors parut le fameux cabaliste Zédéchias, écrit Jules Garinet : « Il se mit dans l’esprit de convaincre le monde que les éléments étaient peuplés de substances spirituelles. L’expédient dont il s’avisa fut de conseiller aux sylphes de se montrer en l’air aux yeux de tous ; ils le firent avec magnificence. On voyait dans les airs ces créatures admirables, de forme humaine, tantôt rangées en bataille, marchant en bon ordre, ou se tenant sous les armes ou campées sous des pavillons superbes ; tantôt sur des navires aériens d’une structure admirable, dont la flotte volante voguait au gré des zéphyrs. » (Histoire de la Magie en France). Le roi anglo-saxon Herla eut aussi une armée qui, de temps à autre, chevauchait dans les cieux. On l’aperçut pour la dernière fois, le 19 décembre 1154.

Dictionnaire du diable et des démons (1) Armzoe10

Asmodée : de l’hébreu Asmeday ou Achemedai, démon chef des Shedin qui, suivant la légende de Tobie [3-8], massacra les 7 époux successifs de Sara. L’ange Raphaël le saisit enfin, l’enchaîna dans le désert de la Haute-Égypte et Sara put épouser Tobie. En démonologie, Asmodée est le surintendant des maisons de jeu de la Cour infernale ; il se plaît à semer l’erreur et la dissipation. On le prétend muni de 3 têtes différentes : de taureau, d’homme à l’haleine de feu, de bélier. Certains auteurs affirment qu’il détrôna Salomon, mais que ce dernier le vainquit et l’obligea à construire son temple, sans employer un seul instrument métallique. (Sous l’empereur Vespasien, un exorciste nommé Éléazar chassait les démons en mettant aux narines des possédés un anneau dans lequel se trouvait enchâssée « une racine d’une des espèces mentionnées par Salomon »). Asmodée s’intéresse beaucoup aux filles. On l’identifia à Samaël qui séduisit Ève, et on le vit troubler plus tard la quiétude des religieuses ursulines de Loudun. Sœur Jeanne-des-Anges le qualifie aussi de démon de la luxure, le plaçant bien avant Grésil et Amant, ses familiers. Lesage a fait d’Asmodée un bon petit diable, trop curieux peut-être : le Diable boiteux.   

Dictionnaire du diable et des démons (1) Asmodz10        
Asmodée

Asouras : dans la mythologie hindoue, divinités infernales opposées aux Devas, divinités bienfaisantes.

Aspic : serpent venimeux, considéré comme un attribut satanique, au même titre que le basilic et le lion.

Astaroth :


  1. Bien que ne faisant pas partie du Grand Conseil Infernal,  il a le droit d’émettre son avis lorsqu’on propose des lois nouvelles. On lui prête pour épouse Astarté, déesse lunaire phénicienne qui porte d’élégantes cornes en croissant.
  2. Grand Duc de l’Occident des Enfers. Il est représenté en ange couronné, nu, malingre, tenant une vipère de la main gauche et chevauchant un dragon. Il est également trésorier infernal. Voyant dans le passé, le présent et l’avenir, il détecte les désirs secrets, mais répand une terrible puanteur.

Dictionnaire du diable et des démons (1) Astaro10

Astrologie démoniaque : art de prédire les évènements d’après l’inspection des astres et en corrélation avec l’intervention d’un ou de plusieurs démons.

Azazel : démon d’origine hébraïque. Le Lévitique (16, 8-34) nous apprend qu’on lui destinait le Bouc émissaire, au désert. Hénoch en fait le chef des mauvais anges descendus sur terre pour épouser des humaines et créer une race de géants, à laquelle la paléontologie donne quelque créance.

Dictionnaire du diable et des démons (1) Azazel10

Baal ou Bel ou Belus : divinité suprême des Phéniciens et des Carthaginois, à laquelle on offrait des enfants en sacrifice pour obtenir de belles récoltes ou la déroute des ennemis. Les Puritains anglais, au temps de Cromwell, firent de Baal un suppôt du Démon.

Bâillement : on le considère en général comme dangereux, car il permet aux démons d’entrer dans le corps ; le vent l’en chasse, il est vrai, si l’on en croit saint Bernard et Sprenger. On évite cette inception en faisant une croix sur la bouche avec le pouce, au moment où l’envie vous prend de bâiller.

Bakou : démon mangeur de songes, dans la mythologie japonaise ; représenté, notamment, par Hokusaï.

Dictionnaire du diable et des démons (1) Bakou10
Bakou

Balan : souverain infernal. Il est parfois représenté tricéphale (taureau, homme aux yeux de braise, bélier). Mais il apparaît le plus souvent tout nu, portant un épervier au poing, et monté sur un ours.

Banquier du Diable
:
aussi incroyable que la chose puisse paraître, puisque le Diable connaît tous les trésors et en exerce directement la surveillance, il eut au XVIe siècle un banquier à Vesoul, en Franche-Comté. Dénoncé ainsi que son fils par la rumeur publique qui leur reprochait de s’être trop rapidement enrichis, les deux hommes subirent une perquisition. Les gens de justice « trouvèrent une infinité de billets et cartes de nigromancie (nécromancie), par lesquels ils confessent publiquement de trouver et jouir de toutes sortes de trésors. Et que pour ce faire ils s’étaient rendus les Banquiers du Diable, et que aussi ils tâchaient de tirer de leurs cabales une infinité de jeunesse. Quoi ouï par la Justice de Vesoul, elle les renvoya à Dôle pour faire leur procès, attendu que outre cela le peuple dudit lieu en voulait aux sorciers : car déjà un peu avant les vendanges dernières, il tomba telle abondance de pierres grêleuses du ciel, que non seulement les fruits furent gâtés, mais aussi les ceps rompus et brisés… » Les deux hommes furent condamnés à être brûlés vifs, le 6 février 1610.    

Baphomet :
idole vénérée par les Templiers, dont l’origine et la forme exacte demeurent inconnues. Avant leur arrestation, les chevaliers eurent le temps de faire disparaître cet étrange objet défini, suivant des témoignages très différents, comme une image du Père Éternel, une idole à deux ou trois faces, une tête cornue, un crâne placé dans un reliquaire, un phallus, une figure androgyne (sur le coffret d’Essarois), un animal naturalisé, le visage de Mahomet, d’un enfant ou d’un vieillard barbu. Le fameux Baphomet qui trône au fronton de l’église parisienne de Saint-Merri est un faux, entièrement fabriqué au XIXe siècle.

Dictionnaire du diable et des démons (1) Baphom10
Baphomet
Aleister Crowley, qui n’était pas à un ridicule près, s’est fait photographier en « Baphomet, roi suprême et sacré ».


Baron : démon taillé sur mesures pour les évocations du baron Gilles de Rays, qui lui sacrifiait les mains et le cœur des enfants dont il avait joui au préalable, pour obtenir la recette de la Pierre Philosophale et le moyen de faire de l’or.

Battre l’air : chez les prêtres d’Égypte et de Phénicie, était un moyen de chasser les démons.

Belphégor ou Baalphégor :

  1. Baal local vénéré par les Moabites sur le Mont Phégor. Des rabbins précisent qu’on l’adorait sur la chaise percée et des représentations le montrent dans cette posture.
  2. Démon des découvertes qui séduit les hommes en distribuant les richesses et les inventions géniales. Il apparaît parfois en jeune femme séduisante ; plus souvent en démon hideux, nu, barbu et cornu, aux ongles acérés.


Dictionnaire du diable et des démons (1) Balphz10
Belphégor

Bérith : selon certains alchimistes, démon qui pouvait changer tous les métaux en or.

Bêtes démoniaques : avant tout, le bouc, le serpent, le lion et le basilic, mais aussi : le crapaud, le chat noir, le cheval noir, le chien jaune, le crabe et, plus généralement, les rapaces, les reptiles, les pieuvres et les araignées.

Bouc : tantôt sacré, tantôt maudit, il symbolise la lascivité et l’ardeur génésique.

  1. Bouc émissaire.
  2. Dédié, avec le taureau, à Dionysos-Bacchus. Vénéré en Égypte (Bouc de Mendès). Servait de monture à la belle Aphrodite-Vénus. Pan et les Satyres, ou Égipans, qui étaient mi-hommes, mi-boucs, passèrent de la mythologie gréco-romaine à la démonologie de la Renaissance, sans la moindre transition.
  3. Grand bouc noir.
  4. Sert parfois de monture aux sorcières se rendant au sabbat, et de nourriture à ses maîtres.

Cauchemar ou cochemare :

  1. Le terme mare d’origine néerlandaise s’applique aussi bien au rêve déplaisant, qu’à l’incube ou au succube qui le produit en comprimant le ventre. Cette obsession particulière, dépourvue de visions ou d’impressions érotiques, était attribuée au démon Chauche-Poulet, dont on retrouve la trace au XVe siècle. Ambroise Paré s’est beaucoup intéressé au cauchemar qu’il attribue à une cause purement diabolique.
  2. Vers 1218, Gervais de Tiburg assimilait ces terreurs nocturnes à celles causées par les lamies. Del Rio y voyait l’intervention de Belzébuth, qu’il nommait à tort « le démon dépuceleur », confondant l’obsession avec la possession démoniaque.

Cavalier noir : appellation populaire du Diable.

Caym : démon, grand président des Enfers. Il paraît en homme élégant, à tête et ailes de merle.

Chacal :
parfois adjoint aux bêtes démoniaques.

Chasse infernale ou volante : cortège de damnés et de bêtes infernales que le Diable fait défiler par les nuits sombres. Si on l’entend, il faut se coucher face contre terre ou s’isoler dans un cercle magique, assurent des traditions populaires, ou encore prier St-Michel. Le nom varie suivant les régions.
Allier : chasse Gayère. Alsace : chasse sauvage. Ardennes : chasse sauvage (avec 1000 chiens blancs, 100 molosses et des chasseurs marchant sur l’eau). Beaune : chasse invisible (cavalier rouge et spectres de Gaulois). Belfort : haute chasse. Berry : chasse à Bôdet. Bourbonnais : chasse maligne ou chasse Gayère ou menée royale (menée par Gabriel le Loup). Bretagne : chasse du fantôme volant. Île-de-France : grand Veneur (squelette accompagné par des piqueurs rouges). Creuse : chasse galière. Dordogne : chasse du roi David ou Train de feu. Dortan (Ain) : chasse sauvage du roi Hérode. Fontainebleau : le Grand Veneur (sous Henri IV). Forez : chasse royale. Franche-Comté : chasse sauvage. Indre-et-Loire : chasse Briquette (où figurent le Diable, sa compagne Bellaude et leurs deux chiens) ou chasse Arquin ou Herlequin. Jura : chasse du roi Hérode. Landes : chasse du roi Arthur. Maine : chasse Artu-Méda. Normandie : chasse Arthur ou chasse Hennequin ou chasse Caïn ou chasse Annequin. Poitou : chasse galopine ou Gallery (où Gallery le maudit, conduit une sarabande aérienne nocturne de sorcières, de damnés, d’esprits mauvais et de vampires. Il mène un cheval à la peau de crapaud, volant aussi vite que le vent et agite un sabre de verglas, en grande colère). Saintonge : chasse galerie ou chasse volante. Saône-et-Loire : chasse garelant. Vienne : chasse Briquet(te) ou galopine ou fantastique. (Relevées par A. van Gennep.)

Dictionnaire du diable et des démons (1) Chasse10

Châteaux construits par le Diable : ils sont innombrables. À Sainte-Croix en Dordogne, le Diable acquit le château suite à un pacte avec le châtelain qui lui offrait des veaux à minuit. Pour en déloger les démons qui s’y étaient installés, Saint Louis donna le château de Vauvert aux Chartreux.

Cheuchevieille : nom du Diable en Savoie ; on lui attribue des « pieds » de poule.

Cheval mallet : pimpant cheval blanc diabolique, qui égare les voyageurs, en Vendée.

Cheval mauvais : cheval nocturne à trois pattes, qui poursuit les voyageurs à Nancray (Doubs).

Cheval noir
:


  1. Symbole de mort, le cheval noir est souvent la monture du Diable.
  2. Sacrifié au Diable.
  3. Faust ou Méphistophélès empruntent un cheval noir pour se rendre au sabbat ; dans la peinture allemande de la Renaissance, la Mort monte un cheval noir.

Chien jaune ou noir :

1) Le chien du Diable est souvent noir, mais une légende du Lot le présente en chien blanc.
2) À Briquebec (Manche), les chiens noirs servaient à détecter les trésors cachés. Après un an, ils appartenaient au Diable et on ne pouvait les enlever qu’en lui sacrifiant un cheval.

Cimetière : lieu prédestiné aux opérations de magie noire où interviennent les cadavres, les loups-garous, les spectres, les vampires ou, seulement, les clous de cercueil. On peut impunément pénétrer dans les cimetières bretons pendant les heures impaires.

Cornes :
 

1) pratiquement tous les diables en portent à la manière des dieux antiques. On les leur enlève pour les dégrader. Une tradition populaire rapporte que le démon tentateur fit présent de sa paire de cornes à Ève, après l’avoir séduite, et qu’elle les offrit à Adam ; de là viendrait l’expression « porter des cornes » pour « être trompé(e) ».
2) Ont une valeur d’exorcisme dans presque tous les pays méditerranéens, où elles remplacent parfois le corail ou les griffes d’animaux sauvages.        

Cour infernale : selon la plupart des démonologues, dont Jean Wier, elle comprend :

  1. les Princes,
  2. les Ministères,
  3. les Ambassadeurs,
  4. la Justice,
  5. la Maison des Princes,
  6. les Menus Plaisirs.

Créations du Diable : différentes traditions locales lui attribuent contre toute vraisemblance, dans le domaine végétal : le blé noir, l’ivraie, le carex, la cuscute, le chardon, le houx, l’épine, la ronce, l’ajonc, l’églantier, le gland, le marronnier, la ciguë.
Dans le domaine animal : le corbeau, l’oie, la pie, le chat-huant, la chauve-souris, l’épervier, le geai, le moineau, le crapaud, la raie, l’araignée de mer, le rat, la guêpe, le hanneton, les poux, les punaises et les puces.

Cynanthropie : croyance assurant que certains possédés peuvent se transformer momentanément en chiens.



J. Tondriau et R. Villeneuve, dictionnaire du Diable et de la démonologie


_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 709
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum