PARANORMAL & SUPRANATUREL
Un membre vient de se connecter au forum.

Dictionnaire du diable et des démons (2)

Aller en bas

Dictionnaire du diable et des démons (2) Empty Dictionnaire du diable et des démons (2)

Message par Passiflore le Mar 25 Juin 2019 - 17:07

Daimon : chez les Grecs, divinité au sens large. Le mot ne devient péjoratif qu’ultérieurement (voir Démon).

Daimonia : appellation donnée, vers le IIe siècle, aux idoles païennes et aux animaux fantastiques ou nuisibles, par les Juifs traduisant en grec leurs livres saints. Par la suite, les théologiens catholiques affirmèrent que tous les dieux des Gentils (omnes dii gentium) étaient des démons, dans le même sens.

Dagon :

  1. Les Philistins attribuaient à ce dieu, dont Samson détruisit le temple, l’invention de l’agriculture ; ils l’adoraient sous forme d’homme à queue de poisson.
  2. Grand pannetier de la Maison des Princes Infernaux. Boulanger infernal, ajoutent certains.

Démon : vient du grec daimon, qui est d’abord synonyme de divinité (avec intentions bonnes ou malveillantes), puis de médiateur entre les dieux et les hommes. Par la suite, les démons devinrent des êtres  moralement tarés (esprits des morts, dira même Posidonios), puis des entités perverses attachées à la damnation des pécheurs.

J'ajoute ce supplément sur les démons du bien, par Kurt Seligmann, Histoire des magies :

Démons du bien : à l’origine, les démons avaient été des mortels de mérite extraordinaire que les dieux avaient revendiqués après leur mort. Sous l’influence des philosophes grecs, et notamment de Pythagore et de Platon, ce concept changea, et on en vint à penser que les démons étaient des divinités. Les dieux et les héros de l’ancien polythéisme devinrent les esclaves du seul Dieu, qui était infini et universel, incompréhensible à l’homme. Ainsi un compromis était-il atteint entre le polythéisme primitif et le monothéisme des philosophes.
Quoique participant du divin, les démons apparaissaient sous forme humaine. Ils protégeaient l’homme contre les mauvaises influences et portaient sa prière au plus haut des cieux. Le néo-platonisme reconnaissait aussi les démons du mal, amateurs de guerre et de sang. Leur évocation était considérée comme un crime. 

Démon barbu : surnom du démon qui connaît le secret de la Pierre Philosophale. On dit que Salomon et Paracelse ont possédé cette Pierre, qui opérait la transmutation des métaux vils en or.

Démons(s) du vendredi
: « Leur pouvoir est de donner de l’argent, de rendre les hommes plus luxurieux, de rapprocher les ennemis par la luxure, de faire des mariages, d’exciter dans le cœur des hommes l’amour des femmes, de guérir les malades ou d’infirmer le sain. Leurs corps sont beaux, de taille médiocre. Leur aspect est gracieux, affable. Leur couleur est blanche ou verte. Leur arrivée est annoncée par une étoile brillante. Leur signal est quelques jeunes filles qui jouent entre elles et qui engagent ceux qui sont dans le cercle à prendre part à leurs jeux. Leurs formes particulières sont : un Roi tenant un sceptre, porté par un chameau ; une fille superbement habillée ; une fille nue ; une colombe ; une chèvre ; un habit blanc ou vert ; un chameau ; des fleurs ; de la sabine. » (Les Œuvres magiques de Henri-Corneille Agrippa, par Pierre d’Alban, à Liège, 1788).

Démone :
terme peu usité ; on dit par exemple : un démon succube, ou une chatte-démon.

Démonerie :
manifestation du ou d’un démon.

Démoniaque
:

  1. Adjectif : qui a rapport aux démons, qui est digne des démons, relatif à eux.
  2. Substantif : possédé. Parmi les symptômes de possession : xénoglossie, convulsions, vomissements d’épingles ou de cheveux, paumes tournées en dehors, voix étrangère, tympanite, etc… L’esprit infernal peut refuser de répondre, sauf à un évêque.

Démonisme : ensemble des croyances concernant le Démon et les théories échafaudées à son sujet.

Démonolâtrie : idolâtrie ou adoration des démons.

Dictionnaire du diable et des démons (2) Jean_b10
Jean Bodin

Démonologie : étude scientifique des démons complétant la théologie ou théodicée, étude de Dieu. Jean Bodin et d’autres savants du XVIe siècle tendent à donner à Satan, et même aux diables, « la profonde connaissance de toutes choses », voire la possibilité de créer des espèces animales. Nous affirmons, écrit Tertullien, « qu’il existe certaines substances spirituelles. Et le nom n’est pas nouveau. Les démons sont connus des philosophes et Socrate lui-même attendait le bon plaisir de son démon… Les démons sont connus de tous les poètes et le vulgaire ignorant lui-même les fait souvent intervenir dans ses imprécations… Les mages sont aussi là pour attester l’existence des démons et des anges… »

Démonologues : on peut appeler ainsi les premiers écrivains d’avant 1550. Ils s’étaient surtout occupés du Diable. On dit aussi démonographes. On les a parfois dénommés à tort démonomanes, terme réservé aux victimes de démonomanie.

Démonomanie : sorte de manie qui fait que l’on se croit possédé du Démon ou persécuté par lui. Berbiguier, le curé d’Ars, le Père Surin S.J., St Antoine relèvent de la démonomanie.

Démonopathie :
troubles psychiques et physiologiques imputables à la croyance en l’intervention des démons sur le comportement d’une personne déterminée. « Dès qu’un individu est disposé aux influences magiques par son caractère ou sa constitution, il suffit quelquefois d’une impression vive et profonde pour développer ces dispositions et produire des états extraordinaires et énigmatiques ; de sorte qu’il est très difficile bien souvent de décider s’ils sont le résultat réel d’une prédisposition de l’individu ou s’ils n’ont pas été plutôt déterminés par quelque action du dehors. » (Görres, Mystique)

Démons familiers : dans sa Discovery of Witchcraft (Londres, 1584), Reginald Scot utilisa les mots Familiar et Imp, qui désignent des démons familiers hantant certaines personnes. Étant donné l’amour que les Anglais leur portent, ces familiers prennent souvent la forme d’animaux et certaines sorcières en ont plusieurs à leur disposition, qu’elles nourrissent de lait, de poulet, voire de sang.

Démons (liste des) :
Alphonse de Spina, en 1467, en distingue 10 espèces :

  1. Destins.
  2. Poltergeist.
  3. Incubes et succubes.
  4. Armées ou hordes en marche.
  5. Démons familiers.
  6. Démons de cauchemars (qui apparaissent en rêve).
  7. Démons « formés de copulations (Spina n’y croyait pas).
  8. Démons trompeurs ou déguisés.
  9. Démons assaillant les saints hommes.
  10. Démons persuadant les vieilles femmes qu’elles vont au sabbat.

En 1589, Binsfeld cite 7 démons principaux en rapport avec les 7 péchés capitaux :

  1. Lucifer : orgueil.
  2. Mammon : avarice.
  3. Asmodée : luxure.
  4. Satan : colère.
  5. Belzébuth : gloutonnerie (on lui substituera souvent Béhémoth dans ce vice).
  6. Léviathan : envie.
  7. Belphégor : vanité, paresse.

Dictionnaire du diable et des démons (2) Michel10
Michel Psellos

Michel Psellos (auteur grec et premier des démonologues, qui vivait au XIe siècle) avait élaboré une liste de 6 espèces de démons, classés d’après leur habitat. Ces démons sont :

  • a) dans l’air supérieur, sans contact avec l’homme ;
  • b) dans l’air qui nous entoure, ils soulèvent souvent des tempêtes destructrices ;
  • c) terrestres, ils hantent les forêts, les cavernes et les champs, en secret ;
  • d) aquatiques et d’essence féminine, ils détruisent la vie des poissons et des coquillages ;
  • e) souterrains, ils causent les tremblements de terre, ébranlent les fondations, attaquent les mines, gardent les trésors ;
  • f) nocturnes, ils détestent la lumière et le jour, sont tout noirs, et il vaut mieux ne pas les rencontrer.

Des cabalistes occidentaux ont ramené à 4 ces catégories de démons, à savoir :

  1. Sylphes (air)
  2. Salamandres (feu)
  3. Ondins et Nymphes (eau)
  4. Gnomes (souterrains).

Psellos ajoutait deux autres catégories : « cinq démons terrestres tentant les hommes – cinq démons infernaux, fuyant la lumière ». Le P. Sébastien Michaelis, dans son Histoire admirable de la possession et conversion d’une pénitente (Paris, 1613), dresse une liste des démons et de leurs attributs qui lui aurait été dictée, lors des exorcismes, par le démon Balbérith possédant Sœur Madeleine de Demandolx. Ledit démon lui aurait même indiqué les saints à leur opposer ! Cette liste comporte 3 hiérarchies… comme celle des anges.



Ibid.

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales        
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 838
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum