PARANORMAL & SUPRANATUREL
Un membre vient de se connecter au forum.

Dictionnaire du diable et des démons (6)

Aller en bas

Dictionnaire du diable et des démons (6) Empty Dictionnaire du diable et des démons (6)

Message par Passiflore le Mar 2 Juil 2019 - 18:26

Nuit : le Diable compte en nuits, non en jours. Il intervient entre minuit et le chant du coq, qui le fait fuir, non comme tel, mais parce qu’il annonce la venue de la lumière. Plusieurs légendes ont exploité ce chant du coq, réel ou provoqué, pour faire fuir le Diable. La nuit et la solitude sont pleines de suggestions sataniques.

Nymphes : personnification des forces vives de la nature dans la mythologie gréco-romaine. On les répartissait en :

  • Dryades (chênes),
  • Hamadryades (arbres divers),
  • Naïades (fontaines et rivières),
  • Napées (vallons, prairies, bocages),
  • Néréides (mers et océans),
  • Oréades (montagnes),
  • Ondines.

On les disait filles de Zeus et douées de la vertu prophétique (sur le mont Cithéron près de Platées, en Grèce, existait l’oracle des nymphes sphragitides). Les premiers chrétiens en firent des démones, en attendant leur réhabilitation sous la plume de Ronsard et de La Fontaine.

Dictionnaire du diable et des démons (6) Nymphe10

Les nymphes sont particulièrement jalouses et cruelles, à en croire Paracelse et Montfaucon de Villars : « Un philosophe, avec qui une nymphe était entrée en commerce d’immortalité, fut assez malhonnête homme pour aimer une femme ; comme il dînait avec sa nouvelle maîtresse et quelques-uns de ses amis, on vit en l’air la plus belle cuisse du monde ; l’amante invisible voulut bien la faire voir aux amis de son infidèle, afin qu’ils jugeassent du tort qu’il avait de lui préférer une femme. Après quoi la nymphe indignée le fit mourir sur l’heure. » (Le Comte de Gabalis)

Obéron : ce roi des fées et des esprits aériens habite l’Inde, en compagnie de son épouse Titiana. La nuit, ils viennent avec leurs acolytes danser un peu partout, au clair de lune. Dès l’aube, ils fuient et se cachent dans les bourgeons. Obéron joue un grand rôle dans le Songe d’une nuit d’été, de Shakespeare, et un poème de Wieland.
       
Dictionnaire du diable et des démons (6) Nuit_e10

Obscurité : « La nature de l’obscurité est la sottise » ; et la sottise est la caractéristique du démon de la convoitise, dit un écrit manichéen (le fragment Pelliot, publié en 1913). Bodin, dans sa Démonomanie (1580), prétend qu’elle est nécessaire à l’exécution des crimes magiques.

Obsession diabolique : qualifiée parfois d’infestation démoniaque, l’obsession diabolique provient d’un jeûne exagéré, d’une abstinence prolongée, ou d’un sentiment de hantise assez violent pour faire croire au sujet qu’un démon vit dans son ombre, lui impose sa présence. Le cauchemar, les sensations hypnagogiques, les réveils morbides (dont l’incubat et le succubat dérivent), sont les formes les plus caractéristiques de l’obsession. Cette dernière se distingue de la possession proprement dite, en ce sens que l’intrusion du démon ne s’opère pas dans le corps, mais lui demeure extérieure. Les cas les plus célèbres d’obsession sont ceux de Berbiguier, victime des farfadets, et de Jean-Marie Vianney – le curé d’Ars – contraint de vivre en compagnie du Grappin. On peut encore citer les saints : Benoît, Romuald, Dominique, François d’Assise, Jean de la Croix, Philippe de Néri et, du côté dames : les saintes Françoise Romaine, Colette et Marie-Madeleine de Pazzi.

Le cas du Père Surin, qui prit à sa charge les tourments que le Démon faisait subir aux religieuses de Loudun, est plus complexe et s’apparente légèrement à la possession. Obsédé pendant 20 ans, Surin devint muet, presque dément, et songea à se suicider. Dans une lettre datée du 3 mai 1635, il analyse son état en ces termes poignants : 

« … Je ne saurais vous expliquer ce qui se passe en moi durant ce temps et comme cet esprit s’unit avec le mien sans m’ôter ni la connaissance ni la liberté de  mon âme, en se faisant néanmoins comme un autre moi-même et comme si j’avais deux âmes, dont l’une est dépossédée de son corps et de l’usage de ses organes, et se tient à quartier en voyant faire celle qui s’y est introduite… Je sens l’état de damnation et je l’appréhende, et me sens comme percé des pointes du désespoir en cette âme étrangère qui me semble mienne, et l’autre âme qui se trouve en pleine confiance se moque de tels sentiments et maudit en toute liberté celui qui les cause… (L’extrémité) où je suis est telle, que j’ai peu d’opérations libres : quand je veux parler, on m’arrête la parole ; à la messe, je suis arrêté tout court ; à table, je ne puis porter le morceau à la bouche ; à la confession, je m’oublie tout à coup de mes péchés ; et je sens le diable aller et venir chez moi comme en sa maison. Dès que je me réveille, il est là ; à l’oraison, il m’ôte la pensée quand il lui plaît ; quand le cœur commence à se dilater en Dieu, il le remplit de rage ; il m’endort quand je veux veiller ; et publiquement, par la bouche de la possédée, il se vante qu’il est mon maître ; à quoi je n’ai rien à contredire… »

Occulte : adjectif ou substantif désignant tout ce qui est mystérieux, secret, interdit au profane.

Dictionnaire du diable et des démons (6) 398dae468cb2f6f03193e444c717b0a0

Occultisme : À l’origine, assure une ancienne croyance, la Science était une et synthétique. Mais bientôt elle se scinda en connaissances vulgaires ou exotériques et en connaissances ésotériques ou réservées aux initiés. Ces dernières et leurs applications ont reçu le nom souvent abusif de sciences occultes. Le mot occultisme désigne et l’étude et la pratique de ces « sciences » occultes qui, au XVIIIème siècle, faisaient rire Montfaucon de Villars : « Le sens commun m’ayant toujours fait soupçonner qu’il y a beaucoup de vide en tout ce qu’on appelle Sciences secrètes, je n’ai jamais été tenté de perdre le temps à feuilleter les livres qui en traitent… mais… de feindre d’être entêté de toutes ces Sciences, avec tous ceux que j’ai pu apprendre qui en sont touchés. J’ai d’abord eu plus de succès que je n’en avais même espéré. Comme tous ces messieurs, quelque mystérieux et quelque réservés qu’ils se piquent d’être, ne demandent pas mieux que d’étaler leurs imaginations, et les nouvelles découvertes qu’ils prétendent avoir faites dans la Nature, je fus en peu de jours confident des plus considérables d’entre eux ; j’en avais toujours quelqu’un dans mon cabinet, que j’avais à dessein garni de leurs plus fantastiques auteurs. » (Le Comte de Gabalis)

Odeur du diable : lorsqu’il est seul, le Diable aime à se mettre nu. On lui prête alors une odeur épouvantable. Il l’atténue par un onguent de lui seul connu. Cette odeur, les sorcières l’ont également ; elle naît, nous dit Görres, dans leurs viscères.

Old gentleman : appellation du Diable pour le peuple anglais. On dit aussi Old Nick, terme fréquemment employé, servant de marque à certains produits du commerce.

Ombres : l’absence d’ombre est une preuve que l’on a signé un pacte avec le Diable, qui a pris cette sorte de gage.

Ondins : 

  1. Nymphes.
  2. Esprits composés des plus subtiles parties de l’eau. Ils habitent les mers et les fleuves en quantité, mais comptent surtout des femmes : les nymphes dont la beauté, précisent Paracelse et le Comte de Gabalis, est de loin supérieure à celle des plus jolies mortelles. Les ondines sont aussi séduisantes que les sirènes et beaucoup plus amoureuses.

 Dictionnaire du diable et des démons (6) Papill10

Papillons :

  1. Le Diable apparaît parfois en papillon.
  2. Papillons funèbres : papillons nocturnes qui accompagnent les créations macabres.
  3. L’offrande du papillon est agréable au Diable. Au Moyen Âge, le carme Riccordi lui sacrifiait un papillon chaque fois qu’il avait joui d’une femme.

Papus : démon-médecin. Nom pris par le Dr Encausse pour exercer ses talents de thaumaturge* à la cour de Russie.  

Paymon : puissant démon chargé des pompes infernales. Il apparaît en homme vigoureux, au visage de femme couronné de joyaux, montant un dromadaire.

Pazuzu : démon assyrien incarnant le Vent du Sud-Ouest. La statue de bronze du Louvre, datée du VIIème siècle avant notre ère, le montre sous forme humaine ; il porte deux ailes doubles et son visage grimaçant est surmonté de deux cornes caprines. Il apporte la malaria. L’inscription dit : « Je suis Pazuzu, fils de Hanpa ; le roi des mauvais esprits de l’air qui sort violemment des montagnes en faisant rage, c’est moi ».

Dictionnaire du diable et des démons (6) Pazuzu10
Pazuzu

Pendu : le pendu ne va ni au Ciel ni en Enfer, car le Diable a l’habitude de guetter l’âme des mourants près de la bouche pour la saisir au passage. La corde serrant le cou oblige l’âme à sortir par ailleurs et le Diable est frustré, à moins qu’il n’opère directement une section des viscères comme il le fit avec Judas (une fresque de l’église de la Brigue représente cette opération).

Pergame : selon St Jean (Apocalypse, 2-13), cette cité brillante d’Asie Mineure était le trône de Satan. Le culte de l’Empereur romain y demeura très vivace, ainsi que celui des anciens Dieux.

Peur :
les Grecs avaient divinisé la peur sous le nom de Phobos. À Sparte, on lui rendait un culte et Alexandre le Grand lui sacrifia avant la bataille d’Issos. À la basse époque, elle devint un démon assez important en magie et en sorcellerie. Le Dieu Pan inspirait d’ailleurs une peur spéciale qualifiée de terreur panique.

Dictionnaire du diable et des démons (6) Le_die10




*Thaumaturge : celui qui fait des miracles.



Ibid.

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales        
Passiflore
Passiflore
Admin
Admin

Féminin Messages : 835
Date d'inscription : 28/03/2017
Humeur : Curieuse de tout
Localisation : dans le cosmos

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum