Paranormal & Supranaturel

Un père inquiet

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Un père inquiet

Message par Passiflore le Ven 20 Juil - 14:24


"Mariée en 1867, ma vie a été tranquille et heureuse jusqu'à la fin de l'année 1869, où la santé de mon mari déclina et où son caractère devint irritable. À toutes mes questions il me répondait évasivement. La veille de Noël, vers 9 h et demie, mon mari s'était couché en laissant la lampe allumée, parce que je restais un instant près du berceau de ma petite fille, lorsque tout d'un coup, à ma grande stupeur, j'aperçus un homme en uniforme d'officier de marine, avec une coiffure à pointe sur la tête... Son visage restait pour moi dans l'ombre, d'autant plus qu'il s'appuyait avec son coude sur le dossier du lit, soutenant sa tête de sa main. Je me demandai qui pouvait être cet homme; je touchai mon mari, qui était tourné du côté opposé, à l'épaule, et lui murmurai : 

-Willie, qui est cet homme ? 

Il se retourna, regarda, stupéfait, l'intrus, puis, se relevant tout à coup, lui cria : 

-Que venez-vous faire ici ?  

La forme se releva lentement, puis, d'une voix impérieuse et mécontente, prononça : 

-Willie ! Willie ! 

Je regardai mon mari. Il était devenu livide et en proie à la plus grande agitation; il se leva du lit comme pour assaillir l'étranger, mais resta aussitôt perplexe ou épouvanté, tandis que la forme traversait la chambre, impassible et solennelle, se dirigeant en angle droit vers le mur. Lorsqu'elle passa devant la lampe, une ombre obscure vint se projeter sur le mur et sur nous-mêmes, comme s'il s'était agi d'une personne vivante; malgré cela, le fantôme disparut d'une manière mystérieuse à travers le mur. Mon mari, toujours agité, prit la lampe en disant : 

-Je veux parcourir la maison et voir où il a été. 

J'étais également dans la plus grande agitation; toutefois, me rappelant que la porte était fermée, et que le mystérieux visiteur ne s'était pas dirigé de ce côté, j'observai : 
-Mais il n'est pas sorti par la porte !  

Néanmoins, mon mari tira les verrous, ouvrit la porte et alla faire le tour de la maison. Demeurée seule dans l'obscurité, je songeais : "Nous avons vu une apparition. Qu'annonce-t-elle ? Peut-être mon frère Arthur est-il malade (il était officier de marine et se trouvait en voyage pour les Indes). J'ai toujours entendu dire que ces choses-là arrivent." Je réfléchissais en tremblant de peur et en serrant contre moi ma petite fille, qui s'était réveillée, lorsque je vis revenir mon mari, plus livide et plus agité que jamais. Il s'assit au bord du lit, m'entoura de ses bras et murmura : 

-Sais-tu qui nous avons vu ? 

-Oui, répondis-je, un esprit; je crains qu'il ne s'agisse d'Arthur, mais je n'ai pu discerner son visage. 

Il répondit : 

-C'était mon père !   

Le père de mon mari était mort depuis 14 ans; il avait été officier de marine pendant sa jeunesse, puis pour raisons de santé, il avait dû abandonner le service avant la naissance de mon mari, et celui-ci ne l'avait vu en uniforme qu'une ou deux fois. Quant à moi, je ne l'ai pas connu. Le lendemain, nous racontâmes l'évènement à notre oncle et à notre tante, et nous pûmes tous observer que l'agitation de mon mari ne se calmait pas. À mesure que les jours passaient, mon mari dépérissait, et il dut s'aliter, gravement malade. C'est alors seulement qu'il me mit graduellement au courant de son secret. Il se trouvait depuis quelque temps en de graves embarras financiers; et, au moment où son père apparut, il allait prêter l'oreille aux tristes conseils d'un homme, qui l'aurait conduit à la ruine, peut-être à pire encore. Je ne puis m'empêcher de voir là un avertissement providentiel apporté à mon mari par le moyen de la voix et des traits de celui qu'il avait le plus vénéré dans sa vie, et auquel il aurait seul obéi."  


Proceedings of the S.P.R. (Annales des sciences psychiques), cité dans Après la mort, de Camille Flammarion    



Voici ce qu'écrit Camille Flammarion, à la suite de ce témoignage : 

"M. Bozzano fait observer que l'hypothèse télépathique ne doit pas être totalement exclue pour l'explication de ce cas, bien qu'elle se présente d'une manière trop complexe et entortillée pour être facilement acceptée. Il faudrait, en effet, supposer que le mari de la percipiente, se trouvant sur le point de s'aventurer dans une entreprise dangereuse pour l'honneur, aurait pensé instinctivement à la mémoire respectée de son père, provoquant une hallucination télépathique correspondante chez sa femme qui, à son tour, en dirigeant l'attention du mari vers sa propre objectivation, la lui aurait transmise; de sorte que ce dernier, saisi de remords à la vue du fantôme paternel, aurait été victime d'une auto-hallucination complémentaire verbale, par laquelle le fantôme le blâmait d'un ton impérieux et mécontent, auto-hallucination que le mari aurait retélépathisée à sa femme. C'est bien compliqué ! N'est-il pas plus simple d'admettre l'intervention du père décédé, quoiqu'incompréhensible ? Il s'agissait encore ici d'une question financière et surtout d'une situation désespérée de son fils. Ce fantôme se présente comme réel, portant ombre, et disparaissant à travers le mur (4e dimension)."



Ce témoignage est particulièrement riche d'enseignements, car il contredit certaines idées reçues...  siffle

_________________
"Que de terribles entités, dotées de pouvoirs très étendus, évoluent dans notre environnement et à nos dépens, est l'évidence même. Elles sont partout et nous devons être sur nos gardes." Albert S. Rosales
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 110
Date d'inscription : 28/03/2017

http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum